Mi-mandat 2014/2017

Saint-Étienne change

SOMMAIRE

 

 

 

Édito

 

Chères Stéphanoises, chers Stéphanois,
Il y a 3 ans, je vous ai présenté ma feuille de route pour Saint-Étienne.
Les principaux enjeux étaient de taille : retrouver l’attractivité pour développer l’économie et la qualité de vie des Stéphanois, faire de nos atouts les leviers forts d’une nouvelle prospérité au service de l’emploi.
Cela a exigé de travailler en priorité sur l’image de la ville, sa sécurité et sa propreté. Nous nous sommes battus pour redonner confiance aux investisseurs, de l’optimisme aux entreprises, pour mettre en place les conditions d’émergence des talents stéphanois. Il était primordial pour moi, ça l’est toujours, qu’à tout moment et dans toute décision, l’intérêt des habitants de Saint-Étienne soit la priorité. La seconde exigence, à laquelle personne n’a dérogé, est que l’avis des Stéphanois pour la reconstruction de leur ville soit toujours pris en compte. Ne jamais omettre que le système que nous administrons appartient aux gens : c’est là tout le sens de mon engagement.
Cette première partie de mandat a été marquée par la baisse spectaculaire des dotations de l’État. Nous avons tenu nos promesses : aucun projet, aucune ambition n’ont été abandonnés. Et cela sans augmenter, alors qu’ils avaient fortement crû entre 2008 et 2014, les taux d’imposition. Parce qu’à l’immobilisme nous avons préféré l’action, au manque de moyens nous avons confronté les idées, à la facilité nous avons opposé la rigueur de notre gestion.
Concrètement, de nombreuses actions ont été enclenchées dès le début du mandat et tout au long de ces trois premières années, menées tambour battant selon un cap défini, ambitieux, avec des objectifs clairs et audacieux.
La sécurité, priorité du mandat, a été renforcée. Nous livrons la bataille de la propreté chaque jour et nous enregistrons les premiers résultats encourageants. Saint-Étienne est plus aérée, plus attirante, avec des façades rénovées et une mise en valeur du patrimoine architectural.
Cela nous a permis de retrouver la confiance des investisseurs. Autre résultat : pour la première fois depuis 50 ans, les Stéphanois ne partent plus en proche couronne et le nombre d’habitants se stabilise petit à petit, permettant notamment l’ouverture de nouvelles classes ces deux dernières années.
Le centre ville s’est apaisé et s’est redynamisé, grâce aux nouvelles enseignes que nous avons su attirer, à une nouvelle offre de stationnement et à une meilleure complémentarité entre les différents moyens de transport.
La recherche de l’excellence et la volonté de l’innovation se concrétisent dans les domaines de la culture, l’économie, l’animation et la santé, notamment pour nos aînés, avec l’ouverture du quatrième gérontopôle de France.
À côté de l’accueil de l’Euro 2016, du Tour de France en 2014, du Grand Départ du Critérium du Dauphiné en 2017 et de la Biennale du design, nous soutenons les associations et les centres sociaux. Nous servons la culture de proximité, en étant toujours à l’écoute des habitants, avec le souci d’une gestion rigoureuse et en agissant au plus près des quartiers et des Stéphanois.
Nous nous sommes battus pour que le territoire conquiert le statut de Métropole et que sa place de Capitale du design soit renforcée, notamment avec le label Design Tech en matière de numérique. Ce sont de formidables leviers économiques, culturels et scientifiques.
Ces trois premières années ont inscrit l’optimisme à l’agenda stéphanois. Le travail continue. Ma volonté et ma combativité sont toujours à la mesure de la tâche que vous m’avez confiée.
Votre confiance m’honore et elle m’engage.

Gaël Perdriau
Maire de Saint-Étienne
Président de Saint-Étienne Métropole

La sécurité, priorité du mandat

Renforcement des effectifs, armement des policiers municipaux, développement de la vidéo-protection et de la vidéo-verbalisation.
Dès le début du mandat, la municipalité a pris une série de mesures pour renforcer la sécurité des Stéphanois. Parce que chacun d’entre nous doit pouvoir vivre sereinement dans sa ville, la tranquillité publique restera jusqu’en 2020 la première de nos priorités.

> PLUS DE MOYENS HUMAINS

La police municipale compte aujourd’hui 161 agents, après 60 recrutements réalisés depuis 2014. Une Unité territoriale d’intervention et de proximité composée de 42 agents a été créée pour renforcer sur le terrain la présence des policiers municipaux.

> PLUS DE MOYENS MATÉRIELS

Pour que les policiers municipaux puissent, en toute sécurité, intervenir de manière plus efficace sur le terrain, les moyens mis à leur disposition ont été renforcés et adaptés aux différents types de situation.
Ils portent désormais une arme à feu, de jour comme de nuit, et sont munis de pistolets à impulsions électriques de type Taser ainsi que de pistolets de type Flash Ball. Un équipement également complété par des caméras piéton qui permettent une meilleure constatation des infractions tout en contribuant à la protection des agents. 9 caméras sont en service à ce jour. Ce dispositif global inclut naturellement la formation des agents au tir et aux gestes et techniques professionnels en intervention.

> PLUS DE CAMÉRAS

En 2014, seules 83 caméras étaient implantées sur la voie publique. Aujourd’hui, 201 caméras sont installées dans nos rues. Convaincus que cet outil de surveillance a fait ses preuves en termes de dissuasion et de répression, nous nous étions engagés à doubler ce nombre.

201 caméras installées

> UN BUREAU DE POLICE EN CENTRE-VILLE

En 2016, nous avons concrétisé l’un des engagements majeurs du plan de mandat avec l’ouverture du poste de police municipale rue Gérentet pour un investissement d’1 M€. 60 agents, dont 50 policiers municipaux, y accueillent le public sur des horaires plus étendus 7 jours sur 7.

> DÉVELOPPEMENT DES TRAVAUX D’INTÉRÊT GÉNÉRAL (TIG)

Considérant que toute exaction mérite sanction, nous avons mis en place avec le procureur de la République les travaux d’intérêt général. Dès 2015, année de leur mise en place, ce sont 7 000 heures de travail qui ont été réalisées au service de la collectivité par 70 adultes. En 2016, près de 100 personnes ont été reçues dans les services de la Ville pour environ 8 000 heures. Depuis le début de l’année 2017, le dispositif concerne également les mineurs, en lien étroit avec la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ).

  • 161 policiers municipaux dont 60 recrutements depuis 2014
  • 6,5 M€ investis dans l’éclairage pour un espace public plus sûr
  • 04 77 485 485 numéro de téléphone unique pour la police municipale

Et aussi :

> Prévenir les cambriolages avec « Stéphanois vigilants » : après les quartiers de la Bérardière et de la Chèvre à Montreynaud ainsi que la colline des Pères, le dispositif citoyen de prévention des cambriolages « Stéphanois vigilants » est maintenant étendu à Bel-Air.

> Des arrêtés municipaux mieux respectés : dès le début du mandat, le maire de SaintÉtienne a signé de nouveaux arrêtés permettant d’intervenir plus efficacement envers les comportements qui troublent la voie publique (consommation d’alcool sur la voie publique, nuisances sonores...).

> L’extension de la vidéo-verbalisation.

> Un partenariat renforcé avec la police nationale : signée en juin 2015, une nouvelle convention permet de mieux coordonner les actions sur le terrain des polices nationale et municipale. C’est dans le même esprit qu’a été réactivé le Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance.

> Un renforcement des actions de prévention : depuis le début du mandat, des actions sont menées conjointement entre la police municipale et les associations pour sensibiliser les plus jeunes aux questions de sécurité et de délinquance. L’ensemble de ces actions seront poursuivies jusqu’en 2020.

> Un éclairage renforcé et modernisé : 6,5 M€ ont été investis depuis le début du mandat pour que l’espace public soit plus sûr.

La propreté, un défi collectif pour améliorer notre cadre de vie

La Ville de Saint-Étienne mobilise d’importants moyens humains et matériels pour assurer la propreté de ses espaces publics. Mais le bon niveau de propreté d’une ville dépend aussi du civisme de chacun. Pour relever le défi d’une ville propre, les efforts des services municipaux doivent s’accompagner d’une prise de conscience collective et d’un comportement responsable de chacun.

> PLUS DE RÉACTIVITÉ GRÂCE AU SERVICE D’INTERVENTION RAPIDE

Cet engagement du plan de mandat a été respecté dès octobre 2015 avec la création des Brigades Rapides d’Intervention Sectorisées (BRIS). Leur mission : traiter en un temps très court (3 heures maximum) des dysfonctionnements ou dégradations sur l’espace public (tags, décharges sauvages, propreté...). En un an, 1 200 demandes ont été traitées, en plus des interventions récurrentes.

> DES HORAIRES ÉTENDUS

L’amplitude d’intervention des agents de propreté dans nos rues a été augmentée par la mise en place de postes du soir pour parfaire les actions de propreté engagées par les équipes du matin. Les interventions entre 2008 et 2014 s’étendaient de 6 h 30 à 14 h. Désormais, elles s’étendent du lundi au vendredi de 5 h 30 jusqu’au soir et le samedi de 6 h 30 à la fin d’après-midi ainsi que le dimanche.

> UN DÉNEIGEMENT AMÉLIORÉ

Pour que la neige ne soit plus un événement à Saint-Étienne, la Ville a revu son dispositif de viabilité hivernale.
Ce qui s’est traduit par une modification des circuits de déneigement, l’installation de GPS dans tous les véhicules afin de faciliter l’intervention des agents, le dégagement de parcours piétons et la mise à disposition des bacs à sel pour les Stéphanois. Les engins et les parcours ont été adaptés aux spécificités géographiques de la ville.

> UNE PRÉSENCE ACCRUE DE LA BRIGADE ENVIRONNEMENT PROXIMITÉ

Cette brigade a vu en 2015 ses effectifs portés à 25 personnes (contre 12 en 2014) avec des missions clarifiées qui vont de la prévention quotidienne à une répression plus affirmée pour lutter contre les incivilités (déjections, dépôts sauvages...). Depuis le début du mandat, ce sont plus de 4 000 verbalisations et 4 200 rappels à la réglementation qui ont été dressés.

MIEUX ORGANISÉS, MIEUX ÉQUIPÉS !

Nous nous étions engagés à ce que les agents de propreté disposent de matériels plus performants et moins bruyants. Objectifs visés : offrir de meilleures conditions de travail avec un gain de temps à la clé et permettre une plus grande efficacité des interventions. Un budget de 1,8 M€ a été dégagé pour l’acquisition de ces nouveaux matériels : camions griffe, balayeuse, souffleurs électriques, équipements de détagage en plus du recrutement de 42 cantonniers supplémentaires depuis 2014. L’ensemble de ces moyens sont mobilisés dans le cadre d’une organisation plus efficiente basée sur la sectorisation. Les agents sont ainsi plus proches de la population, plus réactifs et disposent d’une plus grande autonomie.

Et aussi :

> Des toilettes publiques gratuites : depuis octobre 2015, les 25 sanitaires publics sont désormais gratuits et leur entretien optimisé (2 fois par jour 6 jours sur 7 contre 3 fois par semaine auparavant). Ainsi la fréquentation des toilettes publiques a été multipliée par 7. L’installation de 15 nouveaux WC automatiques en 2017 et 2018 portera à 40 le nombre de sanisettes gratuites sur la ville.

> Gestion des déchets : nous avons installé 7 containers enterrés.

> Des voiries remises en état : en 3 ans, près de 16 M€ ont été consacrés à la réfection des chaussées.

> Des actions de sensibilisation, telles que l’opération « Place au tri » (décheterie mobile) expérimentée sur les quartiers de Bellevue, Crêt-de-Roc, Montreynaud, Saint-François et Tarentaize.

  • 1 200 demandes traitées par an par les BRIS, en plus des interventions récurrentes
  • 25 personnes c’est l’effectif de la brigade environnement proximité
  • 227 cantonniers à la Ville de Saint-Étienne
  • 1 800 000 € pour l’achat de nouveaux matériels

 

 

Le numérique nous facilite la ville

C’est une révolution profonde et durable : ces dernières années, le numérique a pris de plus en plus de place dans nos vies, inventant de nouvelles manières de consommer, de s’informer, de se déplacer et offrant à nos entreprises des opportunités inédites de développement. Aujourd’hui, Saint-Étienne a enfin rattrapé son retard dans ce domaine ! Reconnue et labellisée par l’État comme ville French Tech depuis 2015, elle affirme son ambition numérique : proposer de nouveaux services aux habitants, soutenir l’innovation des entreprises de son territoire.

> CONNECTÉE !

Se connecter à Internet sur l’espace public est aujourd’hui une évidence. Cela n’a pourtant commencé à devenir réalité dans notre ville qu’à partir de 2014, avec le déploiement des premières zones wifi publiques et gratuites. À ce jour, 51 bornes wifi ont été déployées au sein des équipements municipaux et sur une quinzaine de places : Châteaucreux, Jean-Jaurès, Jacquard, Hôtel-de-Ville, Dorian, Chavanelle, Bellevue, Peuple, Neuve, Carnot... L’installation d’une dizaine d’accès supplémentaires devrait être menée à bien d’ici la fin du mandat. Et bientôt, il n’y aura plus de connexion interrompue en montant dans le tramway : grâce à des technologies innovantes, la continuité de la connexion sera assurée dans toutes les rames de tramway, et prochainement dans les bus.

> AU SERVICE DES USAGERS

Inscrire votre enfant à la cantine, prendre rendez-vous pour établir votre passeport ou votre carte d’identité, demander un extrait d’acte de naissance : voilà autant de démarches que vous pouvez maintenant tranquillement réaliser depuis chez vous. Vous n’êtes plus obligés de vous déplacer ni de téléphoner en mairie grâce au nouveau portail internet de services accessible 24 h/24 sur www.saint-etienne.fr. De plus, en créant votre compte, vous pouvez suivre l’évolution de votre dossier et de vos demandes en temps réel. Au service des usagers, dans une relation fluide, interactive, personnalisée et dynamique : c’est ainsi qu’à Saint-Étienne, nous concevons l’administration numérique !

> LA VILLE PLUS FACILE AVEC MobiliSÉ

Depuis plus d’un an, les Stéphanois disposent d’un nouvel outil pour communiquer avec la mairie : avec l’application MobiliSÉ, quelques clics suffisent pour signaler une anomalie ou une dégradation (tag, chaussée abîmée, dépôt sauvage...) et informer plus rapidement les services municipaux pour qu’ils puissent intervenir dans les meilleurs délais. Innovation, instantanéité et rapidité, le meilleur du numérique est, là encore, exploité pour préserver ensemble la qualité de notre cadre de vie et offrir une qualité de service à l’usager. D’ici la fin de l’année 2017, une nouvelle version sera développée avec des fonctionnalités supplémentaires.

> STATIONNER L’ESPRIT TRANQUILLE

Grâce à l’application Whoosh, il est désormais possible de régler à distance son stationnement dans la rue. Vous pouvez suivre vos dépenses en un seul clic, recevoir une alerte de fin de stationnement et étendre votre temps de stationnement en cas de contretemps. Le tout inclut les 30 minutes de stationnement gratuit !

Et aussi :

> Une administration plus efficace qui exploite toutes les opportunités offertes par le numérique pour une gestion moderne : développement des équipements d’aide à la navigation et à la géolocalisation dans les véhicules de police ou de voirie, dématérialisation des processus administratifs et comptables...

> La poursuite du déploiement de la fibre optique dans le cadre du plan THD42 (Tout en Haut Débit Loire) : près de 65 000 habitations et locaux d’entreprise devraient être raccordés en fibre optique pour 2017 et 2018.

> Pour gérer tous vos déplacements, une seule application : Moovizy.

> Des supports d’information dernière génération. Panneaux digitaux, abribus connectés avec écran tactile, un affichage moderne et dynamique se met progressivement en place.

> Les Espaces Publics Numériques : les 13 EPN sont amenés à évoluer sur la base du test mené depuis 2016, avec le centre social Le Colibri, sur le quartier La Cotonne/Montferré. L’idée est d’aller vers des espaces de médiation sociale et numérique « nouvelle génération » ouverts à tous, mieux équipés et plus fonctionnels pour mieux répondre aux besoins et usages des jeunes et des habitants.

> Lancement de la Design Tech Academie : cette formation de dix mois dédiée aux métiers du numérique, et dispensée par Télécom SaintÉtienne labellisée Grande école du numérique, est soutenue par Saint-Étienne Métropole. Après les 23 premiers diplômés, une nouvelle promotion démarrera en septembre 2017.

Qualité de ville, qualité de vie

Depuis le début du mandat, nous avons placé l’attractivité au coeur de notre action et engagé une profonde transformation urbaine pour offrir aux Stéphanois un cadre de vie plus agréable. Nous avons pris des orientations radicalement différentes de ce qui avait été fait sous le mandat précédent et les résultats sont là : aujourd’hui les investisseurs privés croient de nouveau en l’essor de notre ville, la présence de nombreuses grues en est la parfaite illustration. Saint-Étienne change, se réinvente pour être plus belle, plus attractive. Cela se voit et maintenant cela se sait !

> UNE NOUVELLE POLITIQUE D’HABITAT

Pour retrouver de l’attractivité résidentielle et cesser de perdre des habitants, il était urgent de repenser notre politique en matière d’habitat. Un signal fort a été envoyé dès le début du mandat avec la pause marquée dans la construction de logements sociaux. Il est aberrant d’en construire de nouveaux alors que le taux de vacance dans le parc social est d’environ 17 % et que la ville, avec plus de 30 % de logements sociaux, respecte largement l’objectif de 20 % fixé par la loi. En revanche, nous incitons les bailleurs sociaux à rénover leur parc de logements, pour le rendre plus attractif et agréable à vivre pour leurs locataires. Parallèlement, une nouvelle offre d’habitat a vu le jour, plus en phase avec les aspirations des familles, avec l’objectif ambitieux de parvenir à une production de belle qualité d’environ 120 logements par an. Ces programmes séduisent : en témoigne le succès immédiat rencontré par les Jardins Clemenceau à Beaulieu qui a incité le promoteur à lancer sans tarder la deuxième phase de son lotissement. Séverine, Dame-Blanche, Blacet/le Golf, Biorange, les projets fleurissent !

> UNE VILLE PLUS AÉRÉE

rop de friches et d’îlots insalubres défiguraient jusqu’à présent notre ville. Il aura fallu trente ans pour que la friche dite du « Progrès » à Bergson disparaisse enfin de notre paysage ! Les démolitions réalisées depuis deux ans contribuent à aérer la ville et redorent son image, grâce à des aménagements de qualité, à l’instar de ce qui se profile sur le haut de la rue Michel Rondet. Comme nous nous y étions engagés, nous ne reconstruisons pas systématiquement sur ces terrains libérés. Depuis 2014, ce sont plus de 5 hectares de bâtiments qui ont été démolis dans plusieurs quartiers. En 2016, ces démolitions ont touché près de 21 500 m2. L’effort est poursuivi en 2017 avec 21 démolitions engagées pour libérer 3 hectares supplémentaires dans 12 quartiers différents.

> DES FAÇADES RÉVÉLÉES

Nos façades sont belles et ne demandaient qu’à être mises en valeur. C’est chose faite aujourd’hui avec la mise en oeuvre du plan Façades, grâce auquel une quarantaine de bâtiments ont pu retrouver leur cachet. Cet embellissement, qui revêt un caractère obligatoire pour les propriétaires des zones concernées, est en partie financé par la Ville qui subventionne jusqu’à 50 % du montant des travaux. Un million d’euros a été consacré au plan Façades, une somme qui a triplé en trois ans. Le dispositif a été étendu à l’avenue Denfert-Rochereau, en pleine transformation. Depuis 2014, deux fois plus d’immeubles ont été ravalés dans le centre-ville de Saint-Étienne que lors de ces six dernières années.

> ET LA LUMIÈRE FÛT !

En plus d’offrir confort et sécurité lors de nos déplacements, l’éclairage public est un formidable outil de valorisation du patrimoine architectural, magnifiant notre cadre de vie. Vous pourrez apprécier les premières interventions du plan Lumière de la Ville sur l’axe allant de la gare de Châteaucreux à la place du Peuple ainsi que sur la façade de l’école des Mines. Le résultat est spectaculaire sur l’Hôtel des Ingénieurs avenue de la Libération. On ne peut que se réjouir que cela s’étende prochainement aux squares Massenet et Violette, places Jean-Moulin et Fourneyron.

  • 300 logements privés mis en chantier
  • Saint-Étienne, second marché tertiaire régional derrière Lyon en 2016
  • 172 000 Pour la première fois depuis près de 50 ans, le nombre d’habitants a cessé de diminuer : il est stabilisé autour de 172 000.

SAINT-ÉTIENNE SÉDUIT LES INVESTISSEURS

Incontestablement, la donne a changé : après l’avoir longtemps boudée, les investisseurs privés prennent désormais en compte Saint-Étienne. En témoigne la création de Steel à Pont de l’Âne-Monthieu : ce centre commercial de dernière génération, complémentaire de l’offre de centre-ville, va modifier radicalement le visage de cette entrée de ville. C’est le plus gros projet immobilier de ces dernières décennies.
C’est aussi l’îlot Poste-Weiss situé en face de la gare TGV de Châteaucreux qui reprend vie après 10 ans d’abandon, réanimé par un projet ambitieux comprenant des bureaux, des logements, des hôtels et des commerces. Ajoutons à cela le programme de bureaux Auxilium rue de la Montat et la preuve est définitivement apportée d’une confiance retrouvée des investisseurs privés dans le potentiel et le dynamisme de notre ville.
À elles seules, ces trois opérations immobilières, d’une envergure que notre ville n’avait pas connue depuis de nombreuses années, représentent près de 250 millions d’euros d’investissements privés, pour la construction de plus de 100 000 m² de surface de plancher, avec à la clé environ 2 000 emplois.

Cultivons les talents

Dans le domaine de la culture, tout en réaffirmant son soutien aux grandes institutions qui font son rayonnement, la Ville s’est aussi penchée de façon inédite sur les pratiques amateurs. Notre priorité a été d’oeuvrer en faveur de l’émergence et de l’innovation artistique. Jamais autant n’aura été fait pour valoriser et accompagner les jeunes talents et favoriser leur professionnalisation ! Une nouvelle politique culturelle s’est ainsi dessinée ces trois dernières années qui façonne Saint-Étienne comme ville de la création émergente.

> PÉPINIÈRE DE TALENTS

Désormais, chaque artiste en voie de professionnalisation peut trouver dans notre ville les moyens de son ambition. Les premiers projets, souvent les plus difficiles à construire, marquent l’identité de nos créateurs aux yeux de leurs futurs partenaires et confirment leur engagement dans la voie artistique. Pour l’équipe municipale, il est primordial d’être présent à ce moment clef de leur développement. C’est pourquoi elle a choisi de décliner son dispositif municipal de soutien à l’émergence sous trois formes différentes : un soutien financier de plus de 318 000 € sur 2 ans, la mise à disposition de locaux administratifs et de travail et une valorisation des artistes par la réalisation de vidéos diffusées sur les sites internet et réseaux sociaux de la Ville et de ses partenaires. Plus de 40 artistes ont déjà été soutenus.

> DES ÉTABLISSEMENTS DE RÉFÉRENCE

Un Conservatoire labellisé par l’État, un label « Bibliothèque numérique de référence » décroché en 2017 par la médiathèque de Tarentaize, une fréquentation en hausse pour le puits Couriot-musée de la Mine (plus de 74 000 visiteurs), voici quelques exemples qui attestent de la bonne santé de nos établissements culturels. Et c’est sans compter les nouveautés qui devraient encore doper leur fréquentation, telles que l’espace info Cinéma à la Cinémathèque également équipée d’un banc de numérisation qui la place parmi les rares structures qui en disposent, ou encore le nouvel espace multimédia de la Médiathèque...

> CULTURE POUR TOUS

De nombreuses adaptations ont été réalisées ces deux dernières années dans les équipements pour accueillir les personnes en situation de handicap. Ces travaux se sont accompagnés d’une grande diversité d’actions culturelles : spectacles en audiodescription à l’Opéra, visites guidées et adaptées dans les musées et aux Archives municipales, boucles sonores à la Cinémathèque, développement de fonds spécifiques dans les médiathèques…

> VALORISATION DES PRATIQUES AMATEURS

L’action municipale s’est structurée autour de 3 axes : formation, valorisation et soutien à l’innovation. Trois axes qui sont à mettre en lien avec le futur centre du spectacle vivant qui ouvrira ses portes en 2019 avenue Émile-Loubet.

> CONSEIL CONSULTATIF DES ARTS ET DE LA CULTURE

Mise en place en 2015, cette nouvelle instance permet d’associer les acteurs culturels aux réflexions menées par la Ville.

Et aussi :

> La construction de la Comédie sur le site Manufacture Plaine Achille.

> La construction d’une passerelle pour mieux relier le musée de la Mine au centre-ville.

> un soutien aux projets ayant une dimension numérique : concert Smartfaust avec le GRAMM, Lanterna Magica de Sara Millot...

> Aide à la création d’un bureau d’accueil des tournages pour la Loire.

> Soutien au cinéma d’art et essai (100 000 € de subvention/an) : Méliès et festival Tête de mule.

> Aide pour le rayonnement à l’étranger des acteurs culturels via la convention signée avec l’Institut français (Ministère des affaires étrangères).

> Le développement des résidences d’écrivain (bourse de 4 000 € accordée aux auteurs) et du tremplin « Nos talents sur scène ».

> Le développement du Pass musées (20 €) permettant un accès illimité à 4 musées pendant un an.

  • 230 000 visiteurs pour la 10e Biennale internationale design contre 140 000 en 2013
  • 140 000 visiteurs durant trois jours, 250 auteurs, 141 maisons d’éditions lors de la 31e Fête du livre en 2016
  • 173 membres réguliers, 27 réunions en 2016 au Conseil consultatif des arts et de la culture

LA MAISON DU SPECTACLE VIVANT

Dès le mois de juin 2017, la Comédie de Saint-Étienne prendra ses quartiers sur Manufacture-Plaine Achille, libérant les locaux chargés d’histoire de l’Avenue Émile-Loubet. Une nouvelle page s’écrira puisque c’est là que s’ouvrira un centre du spectacle vivant, maison dédiée aux pratiques amateurs et à l’émergence. Les artistes bénéficieront d’espaces pour travailler, répéter et présenter leur production en danse, musique et théâtre. « La maison » hébergera également des écoles de musique, des structures de médiation culturelle, la spécialité théâtre du conservatoire Massenet ainsi que des compagnies de théâtre et de danse émergentes conventionnées avec la Ville. Démarrage du chantier prévu à l’été 2017 pour une ouverture au public programmée en 2019

Veiller sur nos aînés

Chacun, quel que soit son âge et son état de santé, doit pouvoir se sentir bien et vieillir sereinement à Saint-Étienne. Ceci s’est traduit ces trois dernières années par de nombreuses actions concrètes. Lancement du gérontopôle et de la cité des aînés, plateforme de repérage des fragilités, création de l’accueil seniors à l’Hôtel-de-Ville, développement du pass seniors témoignent de la détermination de notre politique, consacrée en 2016 par l’entrée de la Ville dans la démarche de l’Organisation Mondiale de la Santé « Ville amie des aînés ».

> CRÉATION DE LA CITÉ DES AÎNÉS

Nous nous étions engagés à favoriser la construction de logements adaptés au sein de quartiers accessibles en transports en commun avec toutes les commodités souhaitées. Engagement tenu avec la Cité des aînés ! Ce projet, dont la Ville de Saint-Étienne est à l’initiative, en partenariat avec la Mutualité Loire- Haute-Loire qui en sera le gestionnaire, verra le jour au premier semestre 2019 rue Testenoire-Lafayette sur le quartier de Bellevue. Il prévoit 12 appartements adaptés, une résidence autonomie de 35 places et un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de 159 lits. L’originalité de cette nouvelle offre d’hébergement, c’est sa capacité à accompagner le vieillissement progressif des personnes, des valides aux plus dépendants. Un projet innovant dans la prise en charge mais également dans la conception des lieux avec des espaces (salles d’activités, jardins partagés, bistrot) ouverts sur le quartier.

> LUTTER CONTRE L’ISOLEMENT

Parce que nous sommes convaincus que la poursuite d’une vie sociale est indispensable pour prévenir l’isolement, nous avons développé l’offre de loisirs destinée aux seniors. Avec une politique tarifaire plus juste, variable selon les revenus, le pass loisirs seniors a été, dès le début du mandat, modernisé pour un meilleur accès aux personnes les plus éloignées de la culture et des loisirs. Chaque année, il s’enrichit de nouveautés : initiation au golf, à la sophrologie, bowling, opérette au Zénith... et les conditions de la vente ont également été améliorées.
Pour répondre à une demande croissante des Stéphanois, nous avons également mis en place des excursions à la journée (4 en 2016) en complément des traditionnels voyages à la semaine, qui remportent un vif succès auprès de nos aînés.

> UN PORTAGE DE REPAS AMÉLIORÉ

Le portage de repas est un élément essentiel dans le maintien à domicile. Dès 2015, nous avons réorganisé ce service avec la volonté d’améliorer la qualité du service rendu et de mieux l’adapter à la demande des usagers. Ce qui s’est traduit par un changement des modes de livraison, l’ajout de composants supplémentaires pour le repas du soir et la valorisation des circuits courts. Plus attentifs aux usagers, les porteurs de repas peuvent également signaler des situations de fragilité.

> PRÉVENIR LA DÉPENDANCE

La plateforme de repérage des fragilités est en place depuis juin 2015. En mettant à disposition un « référent fragilité », la Ville de Saint-Étienne participe à ce dispositif novateur porté par le gérontopôle, qui vise à favoriser un maintien à domicile de qualité et à prévenir la dépendance.

Mettre à disposition un référent fragilité

INNOVER POUR BIEN VIEILLIR : LA RAISON D’ÊTRE DU GÉRONTOPÔLE AUVERGNE RHÔNE-ALPES

Nous souhaitons faire de Saint-Étienne un pôle d’excellence et de référence national en matière d’innovations technologiques, sociales et organisationnelles en faveur du grand âge. Aujourd’hui, cette ambition se réalise avec la création du gérontopôle Auvergne Rhône-Alpes, le 4e de France, reconnu par le ministère de la Santé. La Ville a réussi à fédérer l’ensemble des acteurs et à dégager des financements pour que ce projet sorte enfin des cartons ! Un budget multiplié par 7 entre 2014 et 2017, un renforcement de l’équipe opérationnelle avec le recrutement d’un directeur et une nouvelle implantation à Bellevue… En peu de temps et grâce à l’implication de tous, le gérontopôle est enfin devenu une réalité !

Et aussi :

> Depuis septembre 2016, ouverture d’un lieu unique d’accueil des seniors au premier étage de l’Hôtel-de-Ville, accessible aux personnes à mobilité réduite.

> Mise en place en 2015 du conseil consultatif des seniors, une nouvelle instance de démocratie participative qui permet d’associer les seniors aux réflexions conduites par la Ville.

> Ville amie des aînés : la Ville de Saint-Étienne s’est engagée en 2016 dans cette démarche de l’Organisation Mondiale de la Santé. Cette démarche, dont le maire est le référent, montre sa volonté de prendre en compte le thème du vieillissement dans l’ensemble de nos politiques publiques (logement, transports, loisirs...).

> L’entrée en résidence facilitée : la modification des critères d’admission en résidence a été effectuée dès 2014 pour permettre au plus grand nombre de déposer un dossier auprès d’une résidence municipale de personnes âgées.

> Le maintien du lien social avec le déploiement du réseau des voisins bienveillants, l’organisation de visites de convivialité au domicile en partenariat avec des jeunes en service civique, la mise en oeuvre de groupes de paroles dans les quartiers ou encore l’opération « chaises conviviales » l’été dans les quartiers, couronnée en 2016 par un prix remis au ministère des Affaires sociales et de la Santé.

Des finances maîtrisées

Maîtriser nos dépenses est une exigence d’éthique publique. C’est aussi un impératif pour rendre aux Stéphanois le meilleur service public possible. C’est avec cette préoccupation constante que nous gérons la Ville de Saint-Étienne dans un souci de qualité et d’efficacité. Concrètement, cela se traduit par la renégociation des délégations de service public, la rationalisation de la gestion des bâtiments municipaux, la recherche de nouvelles sources de financement ou encore par la mutualisation de services municipaux avec ceux de SaintÉtienne Métropole.

> DES FINANCES ASSAINIES

En avril 2014, il restait encore quatre emprunts toxiques pour un montant de 78,2 M€. En décembre 2014, trois d’entre eux étaient renégociés et disparaissaient de la structure de notre dette. La part des emprunts toxiques est passée de 23 % en début de mandat à 5 % aujourd’hui. Avec 75 % de taux fixes, la Ville a stabilisé la structure de sa dette. Parallèlement, elle a continué à se désendetter : la dette actuelle est de 1 705 € par habitant, soit 290 € de moins par habitant (-17 %) par rapport à 2014. Le désendettement depuis le début du mandat s’élèvera à 55 M€ fin 2017.

> UNE POLITIQUE D’INVESTISSEMENT AMBITIEUSE

Malgré un cadre budgétaire très contraint et l’exigence que nous nous sommes imposée de ne pas augmenter les impôts, nous avons réussi à maintenir ces 3 dernières années un niveau d’investissement élevé : 44 M€ en moyenne. Cela permet de lancer de nouveaux projets, d’effectuer des travaux de maintenance de l’espace public et des bâtiments municipaux, de poursuivre la rénovation urbaine, d’accentuer la propreté et la sécurité pour un cadre de vie apaisé et agréable. Le passage de la Communauté d’agglomération à la Communauté Urbaine de Saint-Étienne Métropole implique des remontées de compétences (voirie, habitat, parking en ouvrage…), ce qui permet des investissements plus importants qui profitent à l’ensemble du territoire (130 M€ en 2017).

Et aussi :

> Une renégociation des délégations de service public pour améliorer le service rendu aux Stéphanois.

> La baisse de la contribution au Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) : nous avons dès 2014 renégocié dans l’intérêt des Stéphanois a contribution financière de la Ville au SDIS. Résultat : une baisse de 600 000 € par an, soit une économie assurée de 4,2 M€ sur la durée du mandat.

> Une maîtrise de la masse salariale (qui représente 61 % du budget municipal).

> La déprécarisation des agents non-titulaires.

  • 5 % est la part actuelle des emprunts toxiques contre 23 % en début de mandat
  • 44 000 000 € d’investissement en moyenne par an
  • 290 € baisse de la dette par habitant par rapport à 2014 (-17 %)
  • 17 000 000 € diminution de la participation financière de l’État au budget de la Ville

IMPÔTS : ZÉRO AUGMENTATION !

Depuis 2014, Saint-Étienne est confrontée à une diminution brutale et massive de la participation financière de l’État. Sur la période 2014-2018, cela représente 17 M€ de moins au budget de la Ville. Pour pallier ce désengagement et assumer les nouvelles charges imposées, comme les rythmes scolaires, rien n’aurait été plus facile que d’augmenter les impôts comme ce fut le cas entre 2008 et 2014 (+10 %). Pour compenser intégralement la diminution des dotations de l’État, il aurait donc fallu augmenter les impôts de 21 %.
Depuis le début du mandat, une autre voie a été choisie et sera maintenue jusqu’en 2020 : celle de la stabilité fiscale, pour les particuliers comme pour les entreprises, possible grâce à une grande rigueur de gestion et la maîtrise des dépenses publiques.

Bien grandir dans ma ville

Favoriser l’éveil et la réussite, proposer un environnement pour grandir et s’épanouir sereinement, voilà l’ambition de la Ville pour sa jeune génération. Saint-Étienne est labellisée « Ville Amie des Enfants » par l'UNICEF, en reconnaissance des actions et projets menés avec nos partenaires pour et avec les enfants.

> DES ÉCOLES MIEUX SÉCURISÉES

Lieux de vie et de passage, les abords des écoles sont des zones de rencontre que nous souhaitons sécuriser. Outre une présence humaine renforcée (avec 42 agents en contrat avec la Ville), nous avons réalisé de nombreux aménagements : signalétique, pose de barrières, traçage au sol... pour mieux assurer la sécurité des enfants et les protéger de ces dangers. Entre 2014 et 2016, 22 écoles ont ainsi bénéficié de ces travaux 100 % des écoles seront équipées de visiophones en 2017.

> ELLE EST CLASSE MON ÉCOLE !

Depuis le début de notre mandat, la Ville de SaintÉtienne aura consacré plus de 12 M€ à la rénovation de son patrimoine scolaire pour améliorer les conditions d’accueil des enfants. Le design est naturellement de la partie avec la poursuite de l’opération « Je participe à la rénovation de mon école ». Il est aussi intégré dans toutes nos réhabilitations.

1ère grande ville de France à servir 70 % de produits locaux

> LE BONHEUR DANS L’ASSIETTE

Que de changements en trois ans dans l’assiette de nos enfants ! Toujours n°1 dans le bio, nous sommes devenus la 1ère grande ville de France à servir 70 % de produits locaux, 100 % de viandes françaises et à proposer une alternative végétarienne quotidienne.Soucieux de la qualité des repas servis, nous avons amélioré l’offre de restauration avec une exigence particulière sur la provenance des produits. Autre thématique d’importance : la lutte contre le gaspillage alimentaire. C’en est fini des 3 000 repas – une tonne de nourriture ! - qui partaient chaque mois à la poubelle. Quel gâchis ! Désormais, avec la mise en place d’un meilleur suivi des réservations, les denrées non consommées sont moindres et le cas échéant redistribuées par la Banque Alimentaire, les déchets mieux gérés avec une récupération et une transformation en compost, et les parents responsabilisés avec un système de réservation adapté évitant des productions inutiles de repas.

 

Des accueils périscolaires harmonisés

 

Et aussi :

> Des travaux dans l’ensemble des crèches municipales.

> Un dispositif de réussite éducative élargi aux quartiers de la Cotonne, Montferré et du Soleil.

> Soutien aux clubs Coups de pouce Clé pour aider à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture.

> La création de cafés des parents (écoles de Chappe, Cotonne/Montferré).

> Des séances d’éducation à la santé (alimentation, hygiène de vie) proposées dans les écoles.

> Des activités d’éveil de plus en plus diversifiées dans les crèches : chant, lecture, musique, jardinage...

> UNE PALETTE D’ACTIVITÉS 

Imposée aux communes par le gouvernement, la réforme des rythmes scolaires a engendré un surcroît de dépenses annuelles de 2, 2 M€ et désorganisé la vie de tous. Nous aurions pu décider un financement par une augmentation d’impôts ou une facturation aux parents mais nous ne l’avons pas souhaité. La Ville de Saint-Étienne a décidé d’en faire une opportunité en offrant aux enfants des activités de qualité. Ce défi est aujourd’hui relevé grâce à un partenariat constructif avec les structures d’éducation populaire. Une grande palette d’activités de qualité est proposée : réalisation de films d’animation, initiations aux langues étrangères, ateliers scientifiques, éducation à la citoyenneté n’en sont que quelques exemples.

Le numérique est incontournable dans la vie des jeunes générations

> UNE ÉCOLE NUMÉRIQUE

Incontournable dans la vie des jeunes générations, le numérique doit aussi être présent à l’école, au service d’approches pédagogiques renouvelées. Entre 2016 et 2018, de nouveaux équipements numériques seront déployés dans toutes les écoles de la ville. Ainsi, sur la seule année 2016-2017, une quarantaine d’écoles seront dotées d’un kit comprenant un vidéoprojecteur interactif dans chaque classe du CP au CM2, des ordinateurs et un lot de tablettes tactiles. Ce matériel innovant sera livré avec un espace de travail collaboratif en ligne permettant d’échanger et mettre à disposition sur Internet les cours, les exercices et les informations de chaque établissement. La totalité des écoles élémentaires du territoire stéphanois sera équipée d’ici 2018.

> DES PLACES EN CRÈCHES

Le nombre de places en crèche a augmenté d’une quarantaine depuis le début du mandat. La Ville de Saint-Étienne souhaite soutenir les parents dans leur recherche de mode de garde. Un soutien qui se traduit par l’accompagnement des Relais d’Information d’Accueil Petite Enfance (RIAPE) et des Lieux d’Accueil Parents- Enfants (LAPE) et par l’organisation chaque année au printemps d’un Job Dating pour que parents et assistantes maternelles puissent se rencontrer. Un 5è LAPE a vu le jour en 2016 sur le quartier de Beaubrun ainsi qu’un 6e RIAPE.

> UNE AIDE AUX FAMILLES MONOPARENTALES

À partir de septembre 2017, six places seront mises à disposition des parents célibataires à la crèche Tom Pouce. L’objectif est de les aider à concrétiser un projet de formation ou d’embauche en proposant la garde de leur enfant, 4 jours par semaine. Le parent s’engage à être dans une démarche active de recherche d’emploi et à répondre aux sollicitations de Pôle Emploi chaque semaine.

> « PARLER BAMBIN »

Il a été constaté chez un certain nombre d’enfants des lacunes en vocabulaire. Aussi, pour soutenir l’action des parents dans l’acquisition du langage, les agents des crèches municipales ont reçu, depuis 2016, une formation spécifique : il s’agit d’inciter l’enfant à s’exprimer individuellement en lui posant des questions ouvertes et enrichir son vocabulaire en décrivant ce que l’on est en train de faire.

  • 107 écoles
  • 16 200 écoliers
  • 12 000 000 € consacrés à la rénovation des écoles depuis le début du mandat
  • 2 200 000 € consacrés aux activités liées aux rythmes scolaires, un surcoût de 1,4 M€ sans augmentation d’impôt ni facturation aux parents
  • 70 structures associatives partenaires pour les rythmes scolaires
  • 26 nouvelles classes ouvertes, depuis le début du mandat.
  • 3 000 000 € environ : coût total de la restauration scolaire (repas, personnel, entretien des locaux...) 

MOLINA : ATTENTION TRAVAUX ! C'est un lifting complet pour l’école de Molina qui connaît une rénovation de grande ampleur. Ce chantier d’un coût total de 2,1 M€, qui bénéficie de l’intervention d’un designer pour créer des ambiances colorées et lumineuses, sera achevé pour la rentrée 2018. Le groupe scolaire de Montferré fait lui aussi peau neuve pour près de 3 M€ avec un nouvel agencement, une nouvelle isolation, une meilleure accessibilité que chacun pourra apprécier dès l’automne 2018.

Ensemble pour les quartiers

Nous sommes convaincus de l’importance et de l’intérêt du dialogue pour le développement de Saint-Étienne. Nous avons donc inscrit dans notre projet global de proximité des outils diversifiés, développé et créé de nouvelles instances.

S’appuyant sur un ancrage territorialisé, les conseils de quartier permettent d’enrichir la réflexion municipale en maintenant une relation étroite avec les acteurs du quartier (associations, habitants…). Pour les rendre plus efficaces, nous les avons complétés par des visites de terrain et des réunions publiques annuelles, en présence du maire de Saint-Étienne.
Nous avons développé la plate-forme Saint-Étienne Bonjour, proposé de nouveaux outils numériques : MobiliSÉ, un nouveau portail internet de services www.saint-etienne.fr.
Nous avons créé les conseils consultatifs des arts et de la culture, du commerce, de la vie associative, des seniors. C’est donc au plus près des Stéphanois et des questions qu’ils se posent dans leur vie quotidienne que nous agissons et que nous leur répondons.
Parce que les projets plus globaux peuvent avoir une influence sur votre quotidien, nous mettons en place des réunions publiques : par exemple pour le réaménagement de l’angle des rues Rondet et Tarentaize, la cité scolaire Honoré d’Urfé, l’avenue Denfert Rochereau...
Chaque élu référent de quartier tient des permanences : tout habitant qui le souhaite peut le rencontrer et avoir un lien privilégié avec lui. Enfin, nous consacrons annuellement un budget de 1,750 M€ aux aménagements de proximité contre 1,2 M€ en moyenne dans le précédent mandat.

Avoir un lien privilégié avec son élu de quartier

> 22 QUARTIERS RÉPARTIS EN 5 SECTEURS

La passion du sport 

À Saint-Étienne, on aime le sport, tous les sports ! Il contribue à notre qualité de vie au quotidien. Nous veillons à l’entretien et à la rénovation des équipements sportifs, nous soutenons les associations. Nous poursuivons notre politique d’accueil de grands événements qui nous font vibrer collectivement et qui sont porteurs de retombées économiques importantes.

> TERRE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS

Nous avons la volonté de faire de Saint-Étienne une ville d’accueil de grandes compétitions sportives. Un challenge plus que réussi ! En 2014, nous étions ville étape du Tour de France. En 2015, nous avons accueilli la demi-finale de Coupe d’Europe de rugby de l’ASM Clermont Auvergne. En 2016, nous étions – et avec quel succès ! - ville hôte de l’Euro 2016 de football. Nous fêterons en 2017 les 70 ans du Critérium du Dauphiné avec le Grand départ. Le territoire a déposé sa candidature à l’accueil des Jeux olympiques d’été sous l’égide de Paris 2024. Autant d’épreuves au retentissement médiatique international et aux retombées économiques locales qui valorisent l’image de la ville et son environnement.

> DES INSTALLATIONS MODERNISÉES

La Ville de Saint-Étienne a investi dans la modernisation et la mise aux normes de ses principaux équipements sportifs : construction et réfection de plusieurs terrains synthétiques (Auguste Dury, Alexandre de Fraissinette...), des courts de tennis extérieurs de Montreynaud, Méons et l’Étivallière, et nouveaux revêtements de sols dans plusieurs gymnases (Beaubrun, Ovides, Marc Seguin...). La salle Omnisport de la plaine Achille, la plus grande de la Loire, connait une rénovation d’envergure pour un montant de 1 M€. Prochainement, les piscines Raymond-Sommet et Grouchy seront ajoutées à cette liste ainsi que la piste d’athlétisme Henri Lux. La Ville est aux petits soins pour son patrimoine sportif.

> DE NOUVEAUX ÉQUIPEMENTS DE QUALITÉ

Nous avons construit une piste de BMX de 360 mètres au parc des sports de Méons pour 700 000 €, avec une butte de départ de 8 mètres de haut, seule en France homologuée par l’Union Cycliste Internationale. Avec une butte semblable à celle érigée à Rio pour les Jeux olympiques, le site ne manque pas d’attrait, ainsi que les spectateurs ont pu le voir lors du championnat de France de BMX en juillet dernier. À Jacquard, le nouveau gymnase Jean-Gachet est ouvert depuis la fin de l’année 2016 : au coeur de l’équipement sportif, un mur d’escalade de 15 mètres de haut, conforme aux normes internationales, nous a permis d’accueillir en avril 2017 les championnats de France d’escalade de vitesse.

> TERRAINS SYNTHÉTIQUES

Pour permettre la pratique du football en accès libre, deux nouveaux terrains synthétiques ont été réalisés : le stade Eric Thellyere (sur le site de Biorange) à Saint- Victor-sur-Loire et le stade Chambonnet à l’Étivallière

L’EURO 2016, UNE RÉUSSITE SPORTIVE ET ÉCONOMIQUE

Des milliers de visiteurs, une ferveur collective, la fan zone stéphanoise classée 3e par l’UEFA : l’Euro 2016 a sans conteste été une réussite sur les plans événementiel et sportif. Plus encore, l’Euro a aussi été un formidable succès économique, avec plus de 45 M€ de retombées pour 2,6 M€ investis par la Communauté urbaine : soit 17 € dépensés sur le territoire pour 1 € investi. L’impact médiatique de la manifestation a contribué à accélérer la diffusion de notre image sur le plan national comme international. Ainsi 95 % des visiteurs qui n’étaient jamais venus à SaintÉtienne ont désormais une image bonne ou très bonne de la ville et 90 % annoncent vouloir revenir. De très bons résultats sur lesquels nous voulons capitaliser, notamment pour développer le tourisme d’affaires, et qui montrent l’intérêt d’organiser de grands événements.

Et aussi :

> Une offre élargie à l’École municipale des sports grâce à un partenariat renforcé avec les clubs sportifs (24 clubs contre 3 précédemment) et de nouvelles animations sports de pleine nature mises en place.

> En partenariat avec les structures d’accueil, plusieurs actions sont conduites pour proposer une pratique sportive à des enfants et des jeunes en situation de handicap.

> Les jeunes athlètes mis à l’honneur : lors de la soirée des As organisée en partenariat avec l’Office stéphanois du mouvement sportif, la Ville met à l’honneur les jeunes athlètes stéphanois et apporte un soutien financier à leur formation (130 000 € pour 200 athlètes).

> Événement : la Ville candidate pour l’accueil du championnat de France d’escalade en 2018.

> La mise en accessibilité de nos équipements est réalisée au stade Léon Nautin, au gymnase des Champs ainsi que pour le ponton de Saint- Victor-sur-Loire. Elle est également prévue au parc des sports de l’Étivallière.

 

 

  • 530 000 visiteurs dans les piscines, 50 000 entrées à la patinoire, plusieurs centaines de milliers d’utilisateurs des stades et des gymnases tout au long de l’année.
  • 37 000 licenciés sportifs
  • Plus de 1 500 000 € de subventions en 2016 auprès de plus de 200 clubs
  • 10 500 000 € consacrés au patrimoine sportif municipal

 

 

 

Rendre les jeunes acteurs de leur ville

Les jeunes et les étudiants sont une des richesses de notre ville. Ils contribuent à son dynamisme économique, à son animation et son attractivité. Nous nous sommes attachés ces trois dernières années à faciliter leur insertion professionnelle, à encourager leur implication citoyenne et à favoriser leur épanouissement.

> LE BOOM DU SAINTÉ PASS

C’est le vrai bon plan pour les jeunes Stéphanois de 16 à 25 ans. Le site propose des offres gratuites (ou à tarif réduit) dans les domaines de la culture, des sports et loisirs, de la santé, de la restauration et du commerce. Avec plus de 80 partenaires, l’offre s’est enrichie et séduit aujourd’hui plus de 10 200 jeunes (contre seulement 1 800 en juin 2014).

Sainté pass séduit aujourd’hui plus de 10 200 jeunes

> LE BOOM DU SAINTÉ PASS

C’est le vrai bon plan pour les jeunes Stéphanois de 16 à 25 ans. Le site propose des offres gratuites (ou à tarif réduit) dans les domaines de la culture, des sports et loisirs, de la santé, de la restauration et du commerce. Avec plus de 80 partenaires, l’offre s’est enrichie et séduit aujourd’hui plus de 10 200 jeunes (contre seulement 1 800 en juin 2014).

> CAP SUR L’EMPLOI 

Dès 2014, des conférences métiers ont été mises en place en lien avec des entreprises locales pour permettre aux lycéens de mieux être informés sur les secteurs, les métiers et les formations offrant le plus d’opportunités d’emploi. Ce dispositif sera encore développé ainsi que l’opération Jobs d’été impliquant plus d’une dizaine de partenaires et bénéficiant à plus de 350 jeunes chaque année. Nouveauté 2017 : 15 jeunes Stéphanois diplômés ont été aidés pour trouver un premier emploi qui corresponde à leur formation et à leur projet, par le biais d’un coaching mis en oeuvre par l’association FACE et financé par la Ville.

> DÉVELOPPER LA PRÉVENTION SANTÉ

Nous voulons garantir l’égal accès à la prévention et aux soins pour tous les jeunes. Dès 2015, un diagnostic sur la santé des jeunes Stéphanois a été réalisé et ces problématiques spécifiques seront intégrées au Contrat Local de Santé en 2017. Par ailleurs, le Conseil Consultatif de la Jeunesse s’est mobilisé sur les risques addictifs, et notamment sur la sensibilisation (un concours de courts-métrages a été réalisé avec les jeunes). Une convention avec l’université Jean-Monnet et la Croix-Rouge a été signée en 2015 pour que les jeunes puissent être formés aux gestes qui sauvent.

> CRÉER DE L’ÉMULATION EN RÉCOMPENSANT L’EXCELLENCE ET LE MÉRITE :

La Ville de Saint-Étienne récompense les jeunes ayant obtenu la plus haute distinction de leur établissement à l’issue de leur cursus.

  • 25 000 étudiants post bac
  • Sainté accueille ses étudiants : 25 événements sur 10 jours, plus de 5 000 participants. 30% de participation en plus
  • 3 000 étudiants étrangers accueillis chaque année
  • Étudiants universitaires +15 % sur la rentrée 2015/2016 et autant sur 2016/2017
  • 10 200 usagers du Sainté Pass contre 1 800 en 2014 80 partenaires contre 30 en 2014

 

Et aussi :

> Des bourses au permis de conduire accordées via la Mission locale pour un montant de 16 000 € (70 bénéficiaires).

> Depuis 2015, un conseil consultatif étendu aux 18-25 ans.

Une ville animée, une ville aimée

L’animation de la ville contribue à la qualité de vie et à l’épanouissement de chaque Stéphanois. Elle est aussi un vecteur d’attractivité et de dynamisme. C’est avec ces objectifs que nous avons mis en place depuis 2014 une politique d’animation qui veille à ce que tous les acteurs de la ville (commerçants, centre sociaux, associations sportives et culturelles) soient associés et participent à l’animation des quartiers. Saint-Étienne est une ville festive, animée, vivante !

> ANIMÉE TOUTE L’ANNÉE

Dès 2014, la politique animation de la Ville de Saint-Étienne a amorcé un véritable virage qui s’est traduit par la mise en place de nouvelles manifestations et le développement d’événements récurrents. Fête des plantes, fête de la musique, festivals, fête du livre, animations pour les fêtes de fin d’année, Sainte-Barbe, la liste est longue des animations qui rythment toute l’année la vie stéphanoise. Citons pour les plus significatives, la Parade design en mars dernier (5 000 participants), la mise en place les vendredis soir, entre mai et août, d’animations jazz dans le kiosque de la place Jean-Jaurès... Succès renouvelé pour les grands podiums musicaux (concerts Scoop music live, NRJ tour) qui ont rassemblé près de 34 000 personnes ainsi que pour le festival Roches Celtiques ; étendu sur 5 jours et 2 sites : Rochetaillée et Saint-Victor sur Loire. Chaque mois, Festi’Mômes offre la possibilité d’une sortie en famille. 1 € le billet ! Les fêtes de quartier depuis 2015 irriguent désormais les différents secteurs de la ville, pas moins de 20 manifestations annuelles rassemblent les habitants pour des temps de convivialité sur toute la ville. Un vent de nouveauté a aussi soufflé sur les fêtes de fin d’année : de nouvelles illuminations, un petit train, la patinoire, la grande roue, des nocturnes du marché de Noël... et la gratuité accordée sur deux samedis de tous les transports en commun pour simplifier les déplacements et les achats.

> DE NOUVEAUX ÉVÉNEMENTS

En 2015, Saint-Étienne a été ville ambassadrice du Téléthon. L’accueil de cette manifestation dans notre cité durant deux jours a permis de mobiliser 140 équipes de bénévoles autour de projets originaux et de confirmer sur les antennes de France Télévision le caractère généreux et solidaire des Stéphanois. 2016 a vu la naissance de nouveaux événements : le premier salon du jeu stéphanois Ludiquest (4 000 visiteurs sur deux jours) et le salon hippique Jump' in Saint-Étienne (700 cavaliers et plus de 8 000 visiteurs sur 5 jours).

> LE DÉVELOPPEMENT DU TOURISME D’AFFAIRES

Nous avons fait du développement du tourisme d’affaires un axe important de l’attractivité économique de notre territoire. 2015 et 2016 ont été des années riches dans ce domaine et nous sommes désormais identifiés comme une destination pour le tourisme d’affaires : ce tourisme est une source d’activité importante pour nos hôtels et nos restaurants, un créateur d’emploi et un formidable levier pour l’image de Saint-Étienne. En mobilisant ses talents, ses énergies, ses équipements, la Ville a pu accueillir des congrès et forums de grande envergure avec, à la clé, près de 40 millions d’euros de retombées économiques pour notre territoire.

> NOUVEAU MAILLAGE DES STRUCTURES SOCIOCULTURELLES

Les attentes des habitants ont évolué, il faut s’adapter à ces mutations de la société et construire d’autres propositions qui répondent à ces nouveaux besoins. C’est dans ce sens que nous avons repensé le maillage des centres sociaux pour qu’ils soient plus conformes aux réalités des quartiers. Ainsi la fusion de la maison d’animation de la Cotonne et du centre social de Montferré s’est réalisée, donnant naissance en janvier 2016 au centre social le Colibri. Le rapprochement des deux centres sociaux sur Côte Chaude a été engagé, les associations ont travaillé à un projet social commun. Cependant, les modalités d’une gouvernance partagée n’ont pu se faire et la maison de quartier a choisi d’arrêter son activité début 2017.
Depuis janvier 2017, les activités ont été reprises par les structures de proximité : Amicale laïque Côte Chaude, Association du Parc de Montaud, Cercle du Quartier Gaillard. Le soutien à la vie associative passe aussi par un appui à la mise en place d’un projet commun à la MJC des Tilleuls et la MJC de Beaulieu : cela permettra un développement qualitatif de l’activité de proximité de ces équipements.

> FAVORISER LES PROJETS INNOVANTS

En 2017, un appel à projets a été lancé auprès des centres sociaux, MJC et amicales laïques. Son but ? Favoriser l’émergence d’initiatives inédites et mieux adaptées aux besoins nouveaux des habitants autour de deux axes : l’innovation et l’accès au numérique.

Et aussi :

> Dématérialisation des demandes de subventions afin de simplifier les démarches des associations.

1 400 000 € investis dans nos amicales (rénovation, entretien)

 

Une nouvelle dynamique en faveur de l’attractivité et de l’emploi

L’emploi est la première préoccupation des Stéphanois, c’est donc la nôtre aussi ! C’est pour cette raison qu’en parallèle des actions de développement économique portées par Saint-Étienne Métropole, nous avons agi sur tous les leviers susceptibles de renforcer l’attractivité de la ville et de créer un nouvel environnement propice à la création de richesse et d’emplois. Aux côtés de SaintÉtienne Métropole, nous nous sommes battus pour que notre ville soit labellisée French Tech et Design Tech, reconnaissance de notre savoir-faire spécifique en matière de design, marqueur de l’identité stéphanoise.L’emploi est la première préoccupation des Stéphanois, c’est donc la nôtre aussi ! C’est pour cette raison qu’en parallèle des actions de développement économique portées par Saint-Étienne Métropole, nous avons agi sur tous les leviers susceptibles de renforcer l’attractivité de la ville et de créer un nouvel environnement propice à la création de richesse et d’emplois. Aux côtés de SaintÉtienne Métropole, nous nous sommes battus pour que notre ville soit labellisée French Tech et Design Tech, reconnaissance de notre savoir-faire spécifique en matière de design, marqueur de l’identité stéphanoise.

> AGIR POUR L’EMPLOI 

La Ville de Saint-Étienne accompagne les acteurs locaux de l’emploi (soutien à la Mission locale, attributions de subventions à une vingtaine d’associations...), s’engage dans des partenariats avec les institutions du service public pour l’emploi, comme Pôle emploi, et supervise l’action des sept relais emplois implantés sur les quartiers de Tarentaize-Beaubrun, Montreynaud, Crêt-de-Roc, Soleil, Cotonne, Sud-Est et Terrenoire. Ces relais ont pour objectif d’accueillir, d’informer et d’orienter les demandeurs d’emploi.

> CLAUSE D’INSERTION

La collectivité s’est engagée dans une politique volontariste de développement des clauses d’insertion dans sa commande publique. Le taux d’insertion dans chaque marché public est passé de 5 à 8 %. La Ville a diversifié les marchés intégrant une clause d’insertion (nettoyage, imprimerie, entretien des espaces verts...) et utilise désormais l’insertion comme l’un des critères de jugement des offres dans certains marchés. L’ensemble des acheteurs publics de la Ville (près de 120 personnes) a été formé aux clauses d’insertion et à l’achat responsable. Ainsi, aujourd’hui ce sont près de 300 personnes qui bénéficient chaque année de quelque 100 000 heures d’insertion, soit 25 % de plus qu’en 2013.

En 2016, 757 ouvertures de commerces

> UNE POLITIQUE FISCALE ADAPTÉE

Construire un environnement économique positif passe aussi par une stabilisation de la fiscalité locale. Afin d’accroître la compétitivité de notre territoire, attirer de nouvelles entreprises et générer de la richesse et de l’emploi, Saint-Étienne Métropole a décidé dès 2015 de baisser la cotisation foncière des entreprises (CFE). Jusqu’à la fin du mandat, le taux de la CFE n’évoluera pas.

> UN CENTRE-VILLE PLUS ACCESSIBLE

Depuis deux ans, un véritable arsenal de mesures a été pris pour faciliter l’accès et la circulation du centre-ville : réouverture des transversales, création d’une zone 30, 37 km de pistes cyclables supplémentaires, gratuité du stationnement dans la rue de 30 minutes, 2 h de stationnement en parking offertes pour 1 h achetée le samedi, baisse du prix du pass Stas 10 voyages à 10 €, gratuité sur deux samedis des transports en commun pendant la période des fêtes, création d’un tarif de stationnement spécifique pour les artisans, création de nouvelles places de parking (Tissot et Ferdinand), possibilité de stationner à certaines heures sur les places de livraison, mise en place d’une navette bus gratuite entre le parking du Clapier et le centre-ville, modernisation du stationnement avec la pose de nouveaux horodateurs et paiement par carte bancaire (pour 1M€), appli Whoosh pour faciliter la gestion à distance de son stationnement... Tous ces dispositifs sont complémentaires les uns des autres dans le cadre d’une multi-modalité optimale. Tout est mis en oeuvre pour que chacun puisse choisir librement son mode de déplacement.

> REDYNAMISER LE CENTRE-VILLE Pour aider le centre-ville à retrouver son attractivité, la Ville agit depuis 3 ans de façon à améliorer le confort d’achat des visiteurs (propreté, sécurité, accès et circulation), à attirer de nouvelles enseignes et à dynamiser ses rues par une politique d’animation soutenue. Une stratégie qui porte ses fruits comme en témoigne l’arrivée de nouvelles enseignes : Monoprix, Adidas, Free, Kiko, Peggy Sage, Porcelanosa, Mary’s coffee shop, Bagelstein, Pralus... Alors que le solde d’ouvertures et de fermetures de commerces était négatif à Saint-Étienne entre 2008 et 2014 (- 300), la Ville en 2016 a enregistré 757 ouvertures (+ 269). Du jamais vu depuis plus de 10 ans. Signe de cette attractivité retrouvée, les équipements commerciaux font l’objet d’une politique d’investissement sans précédent. Ainsi, sur l’ensemble du territoire concerné, plus de 200 millions d’euros d’argent privé seront investis d’ici 2018 : centre commercial.

Steel à Pont de l’Âne Monthieu, extension de la galerie marchande Géant Casino Monthieu, modernisation de Centre 2... Le développement et l’amélioration des centres commerciaux est une bonne nouvelle pour le commerce stéphanois car, en respectant les spécificités commerciales entre centre ville et les centres commerciaux, on crée une synergie et une complémentarité qui évitent l’évasion commerciale vers d’autres pôles.
Le cas de Steel en est un parfait exemple. La programmation sera principalement orientée vers l’équipement de la maison, les transferts d’enseignes situées sur le secteur de Pont de l’Âne Monthieu, les loisirs, les commerces qui nécessitent de grandes surfaces. Le secteur de l’équipement de la personne restera un axe de spécialisation du centre-ville : les enseignes susceptibles de se développer en pieds d’immeubles sur Saint-Étienne sont évitées dans la programmation.
Compte tenu de sa localisation géographique à proximité d’axes routiers structurants (A72, RN88…), d’Ikea et de sa programmation ambitieuse pour le Sud Loire, le nouveau pôle commercial sera capable de rayonner sur une zone de chalandise de 500 000 habitants, sensiblement plus large que la zone de chalandise « effective » observée aujourd’hui pour le centre-ville de Saint-Étienne qui est d’environ 305 000 habitants.
L’enjeu : inciter les visiteurs du centre commercial Steel à se rendre en centre-ville.
Par ailleurs, la mise en place de la 3e tranche de l’Opération urbaine Saint-Étienne (sur crédits FISAC) a permis d’enclencher près de 2 M€ de dépenses en faveur du commerce local situé en hypercentre.

 

37 km de pistes cyclables supplémentaires, depuis 2 ans

+ de 200 commerçants et forains mobilisés pour la braderie de juin

 

> ANIMER POUR ATTIRER

L’extension du marché de Noël à la place Dorian, avec plus de 60 chalets occupés au total (soit + 50 % par rapport à 2014), l’organisation de 4 nocturnes commerciales ont attiré un public toujours plus nombreux dans les rues commerçantes du coeur de ville.
Parmi les nombreuses manifestations qui contribuent au rayonnement de notre ville et qui soutiennent le développement du commerce, nous comptons la fête de la musique avec une programmation sur 3 jours, la braderie de juin qui mobilise chaque année plus de 200 commerçants et forains, les différents podiums musicaux (NRJ, Scoop) qui génèrent 35 000 spectateurs, le Dauphiné Libéré, l’Euro 2016… Les retombées économiques de ces animations font de notre ville le second pôle commercial d’Auvergne-Rhône-Alpes.

> COMMERCE ET DESIGN

La Ville de Saint-Étienne est la seule ville Créative Unesco Design de France. Elle est membre fondateur du Label international Commerce Design : ce concept initié par la Ville de Montréal, permet de valoriser grâce à un concours les commerçants et artisans ayant fait appel à un professionnel pour intégrer le design dans leur point de vente.
Le concours CommerceDesignSaint-Étienne, avec 44 candidats (soit + 100 % par rapport à l’édition de 2013) témoigne de l’appropriation du design par le monde du commerce qui y voit un véritable levier d’attractivité. Vous reconnaitrez vos commerçants participant au concours grâce à l’autocollant appliqué sur leur vitrine.
Enfin, l’expérimentation menée sur les rez-de-chaussée vacants de la rue de la République lors de la Biennale du Design en 2017 ouvre des perspectives de réflexion intéressantes pour revitaliser le centre-ville.
En effet, ce sont 39 projets qui ont insufflé un nouvel élan à la rue, et certains designers envisagent d’ores et déjà de s’installer de façon pérenne. Le travail de mobilisation conduit par la Ville et ses partenaires a permis à plus de 800 commerçants et artisans de participer aux Biennales Design 2015 et 2017, par le biais de décorations de vitrines ou d’expositions off.
C’est encore cette envie d’avancer collectivement, qui a permis à plusieurs commerçants du quartier de Tarentaize Beaubrun de voir leurs pas-de-porte et leurs enseignes totalement rénovés grâce à l’initiative croisées de commerçants volontaires et de designers ambitieux sous l’impulsion de la Ville.

Notre ville est le second pôle commercial d’Auvergne-Rhône-Alpes

 

Et aussi :

> Des conférences métiers proposées par l’Espace info jeunes pour valoriser les professions offrant des débouchés.

> Création en janvier 2017 du conseil consultatif du commerce.

> Depuis le début du mandat, nous organisons chaque année une conférence économique qui nous permet d'accompagner le développement du tissu économique local, notamment par le levier de la commande publique. Une occasion de mieux connaître les savoir-faire de nos entreprises locales et de leur présenter les grands projets d'investissement du territoire et les opportunités de marchés publics qui en découlent.

> Une politique d’animation des marchés forains.

> Nouveau règlement d’occupation du domaine public.

> Un soutien accru aux associations de commerçants, ainsi qu’aux associations de commerçants émergentes (depuis le début du mandat : 670 000 €).

> Mise en place d’une démarche d’information et de prospection auprès des enseignes et franchises nationales (Procos, Visiocommerce, Forum de la Franchise, recherche continue).

Être solidaire, plus qu'une tradition, un devoir 

La solidarité est à Saint-Étienne l’une de nos valeurs fortes. Dans l’ensemble de nos politiques publiques, elle se traduit par une attention à l’autre, à ses besoins et ses conditions de vie pour faire en sorte que chacun puisse vivre et s’épanouir.

> SENSIBILISER AU HANDICAP

Proposée depuis 2015 sur l’année entière, et non plus sur quinze jours comme précédemment, Ville en partage est l’outil privilégié de la sensibilisation que nous menons pour changer les regards et les mentalités sur le handicap. Aujourd’hui, ce sont plus de 70 manifestations, 56 partenaires et institutions impliqués et 285 jours cumulés de programmation (activités sportives partagées, expositions et visites guidées adaptées, spectacles, projections cinématographiques suivies de débats avec les associations, conférences...).

> ACCESSIBILITÉ 

La Ville de Saint-Étienne est engagée dans la démarche de l’agenda d’accessibilité programmé qui assure une planification pluriannuelle des travaux à réaliser dans les Établissements municipaux Recevant du Public. Elle poursuit son programme pour améliorer l’accessibilité des bâtiments municipaux et de l’espace public. C’est une action qui se traduit notamment par l’installation de rampes, d’ascenseurs, de bandes podotactiles ou par l’abaissement des trottoirs. Sans oublier l’aménagement des quais du tramway. Aujourd’hui, de nombreux équipements culturels et sportifs municipaux sont accessibles, musées, médiathèques, cinémathèque, conservatoire, opéra, mais aussi piscines, base nautique de Saint-Victor-sur-Loire. Bientôt, le site de l’Étivallière viendra compléter cette liste.

> ÊTRE ACTEUR DE SA SANTÉ

La politique santé de la collectivité est formalisée dans un contrat local de santé dont la mise en oeuvre se poursuit. C’est dans ce cadre qu’a été créé sur Tarentaize un poste de médiateur santé afin d’améliorer l’accès aux soins, à la prévention et aux dépistages des habitants de ce quartier. De nombreuses actions relatives aux addictions ont également été conduites.
Labellisée «ma commune a du coeur», Saint-Étienne a renforcé son parc de défibrillateurs, dont sont également équipés tous les tramways, une première en France ! Un guide de bonnes pratiques pour le déploiement des antennes relais a été signé avec les 4 opérateurs de téléphonie mobile.

> UN SOUTIEN AUX AIDANTS FAMILIAUX 

Plusieurs actions ont été initiées pour permettre le répit des aidants familiaux : l’ouverture des foyers-logements pour les repas de midi et les animations, l’hébergement temporaire en foyer logement et en Ehpad, la création du réseau voisins bienveillants et le développement de visites de convivialité.

Et aussi :

> Sensibilisation et formation des agents municipaux à l’accueil des publics en situation de handicap (350 agents concernés).

> Installation de jeux adaptés dans nos parcs et jardins comme au jardin des Utopies, au parc Jean-Gachet ou encore au parc Joseph- Sanguedolce.

> Des actions concrètes de lutte contre l’habitat indigne.

70 manifestations Ville en partage

285 jours de programmation Ville en partage

 

Saint-Étienne, ville durable

Agir ensemble pour construire une ville plus humaine, plus durable dans tous les aspects de la vie quotidienne des Stéphanois : voilà la ligne de conduite que nous avons adoptée.
Dans ce domaine, la transversalité est la règle et toutes nos politiques publiques ont été impactées par cette dynamique en faveur du développement durable. Nos engagements en matière de transition énergétique et écologique commencent à produire des résultats.

> DÉVELOPPER L’USAGE DES TRANSPORTS EN COMMUN

Dès 2014, avec le soutien de Saint-Étienne Métropole, tout a été mis en oeuvre pour développer et favoriser les transports en commun : passage du pass Stas 10 voyages à 10 €, acquisition de 16 nouvelles rames de tramway plus design, spacieuses et connectées, modernisation de 30 rames de tramway, mise en accessibilité des quais de bus pour les personnes à mobilité réduite, sans oublier la construction d’une troisième ligne de tramway qui permettra à l’horizon 2019 de relier la zone du Technopôle, les grands équipements sportifs et culturels et contribuera à redynamiser le quartier du Soleil. Au total, ce sont près de 170 millions d’euros qui ont été investis pour encourager les Stéphanois à utiliser les transports en commun.

> LUTTER CONTRE LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

Et comme il n’y a pas que le tramway, nous avons aussi créé de nouvelles stations d’autopartage (15 véhicules sont en libre service), implanté deux nouvelles stations de recharge pour véhicules électriques (cours Fauriel et à la Terrasse), augmenté de 25 % le kilométrage de pistes cyclables, créé une zone 30 et encouragé le covoiturage par la mise en place d’une plateforme dédiée. Par ailleurs, la Ville de Saint-Étienne donne l’exemple dans ce domaine puisque la part de véhicules propres dans sa flotte automobile a augmenté de 12 % depuis le début du mandat. L’attrait de l’hypercentre pour les habitants, les professionnels et les visiteurs a été amélioré par l’interdiction de circulation des poids lourds polluants après 11 h. Une mesure qui permet également de moderniser le fonctionnement du centre-ville sur le plan de la logistique urbaine, grâce aux camions propres du centre de distribution urbaine (SimplyCité). Afin d’encourager les automobilistes à stationner en dehors du centre-ville, une liaison entre le parking du Clapier et le centre-ville a été facilitée par la mise en place d’une navette bus gratuite pour les usagers de ce parking. La qualité de l’air s’en ressent : seulement 4 pics de pollution ont été relevés ces 3 dernières années (aucun en 2016) contre 15 pour la seule année 2013.

> ÉCONOMIES D’ÉNERGIE

La Ville a engagé des travaux conséquents pour moderniser ses bâtiments municipaux dans une optique à la fois écologique et économique : isolation thermique, réfection des systèmes de chauffage, sensibilisation des usagers des bâtiments aux économies d’énergie. Conscients de notre responsabilité en matière d’environnement, nous avons réduit la consommation d’énergie de nos bâtiments municipaux de 12 %, améliorant ainsi l’empreinte environnementale de la Ville. Depuis 2014, nous avons réduit notre consommation d’eau potable de 30 %.

> ÉNERGIE PROPRE

L’installation de 2 turbines sur les barrages de Lavalette et du Pas-de-Riot a permis de doubler la production d’électricité verte. Grâce à l’hydro-électricité et l’utilisation du bois dans les réseaux de chaleur, la Ville de Saint-Étienne a atteint ses objectifs de productions d’énergie propres pour 2020.

> DONNER L’EXEMPLE AVEC LA DÉMATÉRIALISATION DU CONSEIL MUNICIPAL 

L’ensemble des convocations, délibérations, comptes rendus, rapports et synthèses relatifs aux conseils municipaux sont transmis sous forme dématérialisée aux élus. La dématérialisation des conseils est un moyen de moderniser notre action, de mieux partager l’information, d’accélérer les échanges afin de simplifier les procédures. Ainsi, 1 million de feuilles de papier sont économisées.

Et aussi :

> Une ville zérophyto : abandon des produits phyto-sanitaires dans l’entretien des espaces publics (parcs, cimetières, terrains de sport).

> 6,5 M€ investis pour un éclairage public rénové notamment grâce aux ampoules L.E.D nouvelle génération moins énergivores.

> L’accompagnement de commerces dans leur projet de rénovation énergétique.

> L’utilisation de techniques et de matériaux plus durables dans l’aménagement de la voirie (enrobés tièdes, matériaux recyclés...)

UNE 3E LIGNE DE TRAMWAY

Le projet de la 3e ligne de tramway vise à relier la gare TGV de Châteaucreux et son quartier d’affaires à La Terrasse via le secteur nord de la gare, le coeur du quartier du Soleil, le Zénith, la Plaine-Achille, le Technopôle et le pôle sportif stade Geoffroy-Guichard / Étivallière. Le tout en moins de 15 minutes ! D’une longueur totale de 4,3 km, le tracé comportera 8 stations et permettra de réduire de 26 % le temps de parcours actuel entre Châteaucreux et La Terrasse. Les travaux ont commencé le mois dernier et la mise en service est prévue fin 2019.

Notre ville rayonne

Au-delà de la fierté que nous éprouvons, comme chaque Stéphanois, à vivre à Saint-Étienne et à travailler pour sa réussite, nous oeuvrons, jour après jour, à créer les conditions d’un nouveau rayonnement destiné à positionner Saint-Étienne au coeur du concert des grandes métropoles françaises donc européennes. Pour ce faire, nous comptons sur la valorisation de nos atouts tels que le numérique ou le design mais aussi sur les relations privilégiées nouées au fil des ans au titre de la coopération internationale.

> SAINT-ÉTIENNE DANS LA COUR DES GRANDES MÉTROPOLES FRANÇAISES

Le 1er janvier 2018 au plus tard, notre Communauté Urbaine deviendra l’une des 22 métropoles françaises. Grâce à ce nouveau statut, Saint-Étienne Métropole comptera au nombre des territoires appelés à jouer un rôle majeur dans les trente prochaines années en France. Le chemin parcouru, depuis 2014 sous l’impulsion du maire de Saint-Étienne, également président de la Communauté Urbaine, est immense. Grâce à cette évolution, notre agglomération pourra, suite aux nouvelles compétences acquises par transfert du Conseil Départemental et Régional, orienter par elle-même et en coordination avec les 53 communes membres, les grandes politiques destinées à assurer son développement. Par ailleurs, elle pourra contractualiser directement avec l’État afin d’assurer son développement économique, social, culturel, mais aussi en matière de recherche, transports ou enseignement supérieur.

> PLUS QUE JAMAIS CAPITALE DU DESIGN

Depuis 2010, après une longue instruction initiée bien avant 2008, Saint-Étienne a été reconnue, par l’UNESCO, Ville créative Unesco de design. Depuis 2014,nous avons utilisé ce levier pour accroître le rayonnement de Saint-Étienne au niveau national et international, pour développer notre territoire et apporter à ses habitants, associations et entreprises de nouvelles opportunités.
Le label French Tech, pour le numérique, et sa déclinaison pour le design et les nouveaux modes de production, est venu couronner cette action permanente de notre équipe et du maire. La réussite de ce nouveau modèle est incontestable, puisque Saint-Étienne a représenté la France en 2016 lors de la XXIe Triennale du Design de Milan et, au même moment, voyait son École supérieure d’Art et de Design sélectionnée pour concevoir le pavillon de la France pour la Foire du livre de Francfort de 2017.
Depuis le début du mandat actuel, grâce à cette politique volontariste et résolument tournée vers les entreprises, Saint-Étienne est devenue, enfin, la véritable capitale française du design. Nous faisons de ce statut le levier d’action économique, culturel et scientifique au service d’une nouvelle attractivité territoriale.

L’A45 BIENTÔT UNE RÉALITÉ ? 

Plus de trente ans que cette infrastructure est évoquée sans réelle avancée. Ce n’est plus le cas depuis juin 2016 avec l’engagement financier, aux côtés de l’État et du concessionnaire Vinci, des trois collectivités concernées : la Région Auvergne Rhône-Alpes, le département de la Loire et Saint-Étienne Métropole. Elles s’engagent chacune à hauteur de 131 M€ (une contribution en baisse de près de 80 M€ par rapport aux conditions initiales), pour un coût total de construction évalué à 1,2 milliard d’euros. Il faudra patienter jusqu’en 2022 pour la mise en service effective de l’A45.

> L’ÉCONOMIE AU COEUR DE NOS RELATIONS INTERNATIONALES

L’action internationale de la Ville de Saint-Étienne ne peut plus se limiter aux jumelages d’antan. Dès le début du mandat, en 2014, la décision a été prise de faire de l’action internationale un vecteur de rayonnement territorial, en s’appuyant sur nos domaines d’excellence tels que le design, le numérique ou le développement durable. Il s’agit de favoriser, notamment, le développement économique en faveur des entreprises stéphanoises.
Pour ce faire et pour une plus grande efficacité, nous avons ainsi resserré nos interventions sur cinq partenaires prioritaires : Katowice (Pologne), Annaba (Algérie), Monastir (Tunisie), Xuzhou (Chine) et Tamatave (Madagascar). Bien entendu, les grands événements tels que l’Euro 2016 ou les biennales internationales du design sont autant d’occasions pour accroitre notre visibilité et nouer d’intéressants contacts avec d’autres pays tels que l’Angola, le Portugal, la Pologne, le Japon ou l’Islande.
Très concrètement, à titre d’exemple et de manière non exhaustive, des pépinières d’entreprises ont ainsi été ouvertes à Monastir ou Tamatave. Un partenariat entre la Ville de Saint-Étienne et les associations patronales de la Loire a été signé en 2017, pour renforcer la prospection d’opportunités au niveau international.

Articles Liés