Les dessins d'avenir de JL Mast

Publié le 27/12/2022

JL Mast

Son nom, plutôt son pseudo, est JL Mast et il aime « trouver de nouvelles façons de raconter des histoires ». Avec Marvel, Disney, Shūeisha pour références, le Stéphanois d’adoption fait dans la BD innovante via les écrans.

Ça donne quoi « Sainté » dans 48 ans ? Allez donc feuilleter, pardon cliquer, sur la BD virtuelle signée JL Mast sur www.saintetienne2071.fr

Un jeu de piste en 3D dans un univers 360° bien à lui, qui projette dans le futur de lieux emblématiques. Ordinateurs, tablettes, smartphones et réalité virtuelle : la bande-dessinée, chez cet auteur armé d’une frénésie d’innovations, passe par l’écran. C’est à travers ce projet étonnant qu’il a participé à l’édition 2022 du festival Pléiades.

Trois ans que JL Mast est à Saint-Étienne. Et s’il est né à Paris voilà 36 ans, c’est comme si c’était dessiné d’avance… « Saint-Étienne, j’y passais mes congés enfant ! Pour moi, les vacances, c’était Sainté et sa super nature. » Et pour cause, le dessinateur est très lié à une famille franco-sénégalaise, les Mendy, dont un des neuf enfants, jouant le rôle d’oncles et tantes de substitution, a pour prénom… Étienne : 145 matchs pros avec l’ASSE, 34 buts, dont 2 mémorables face à l’OL. « Les Mendy sont de Saint-Quentin, en Picardie. J’ai vécu chez eux de 4 à 7 ans. On a gardé des liens très forts », raconte JL Mast qui se souvient bien du « grand appart d’Étienne et de ses aquariums. Mais c’est René, son aîné, qui m’a incité à venir habiter Saint-Étienne. »

Dessin de JL Mast

Parti pour rester

JL Mast était parti pour voyager début 2020. Le Covid en a décidé autrement. « Au départ, c’était un pied à terre pour mes affaires, en particulier ma collection de 4 000 BD. Je suis resté, j’ai changé d’appart et je ne regrette pas : j’aime la mentalité des gens, proche de Lille, avec une grande richesse associative. »

Amateur de BD depuis l’enfance - classiques d’abord, comics ensuite - JL Mast a suivi à Lille une formation tournée vers l’audiovisuel et, avec un premier CDI d’opérateur hotline chez un opérateur mobile, n’envisageait pas plus qu’être un dessinateur du dimanche. Mais à la faveur d’un voyage outre-Manche pour parfaire son anglais, il a découvert l’art du storyboard. Au fil de rencontres fructueuses et de projets personnels innovants autour de la BD numérique et transmedia, il finit par susciter l’intérêt de l’éditeur Marvel en 2012.

Il mettra 4 ans de plus à vivre de sa passion. Depuis, on se l’arrache : Disney, Shūeisha, LA maison d’édition japonaise des mangas, 21th Century Fox, Archie Comics, ESPN, Glénat, L'Express, Le Monde… Sans compter ses interventions scolaires ou dans des festivals, comme à Saint-Étienne.

L’artiste vous invite à le rencontrer au café Remue- Méninges, rue Michelet, pour une séance mensuelle « Drink & Draw ». Seule chose exigée ? « Dessiner ! »