De l'aide pour les aidants

Publié le 15/02/2022

Le Centre d’accueil thérapeutique à temps partiel de l'hôpital de la Charité (CATTP) a mis en place deux programmes de soutien aux proches de personnes souffrant de troubles psychiatriques. Objectifs : mieux informer sur ces pathologies souvent stigmatisées et donner aux familles des clés pour adapter leur communication au malade.

Le choc lorsque le diagnostic tombe, le désarroi, le sentiment de solitude et de culpabilité… Elles s’appellent Nicole, Malika ou Carole, sont d’âges et de parcours de vie différents, mais leurs témoignages se ressemblent. Leur point commun ? Être chacune mère d'un fils schizophrène. Confrontées à cette situation qui a bouleversé leurs vies, elles ont trouvé soutien et réponses auprès de l'équipe du Centre d’accueil thérapeutique à temps partiel (CATTP) de l'hôpital de la Charité.

Informer et dé-stigmatiser

Celui-ci propose deux programmes d'accompagnement pour les proches de personnes souffrant de pathologies psychiatriques : Bref et Profamille.

Implanté à Saint-Étienne en 2019, Bref est un cycle court de psycho-éducation. Constitué de 3 séances d’1 h 30 au cours desquelles chaque famille est suivie par un binôme soignant, il vise à informer sur les pathologies psychiatriques, à les déstigmatiser et à donner aux proches des clés pour adapter leur communication et leur relation au malade – qui n’assiste pas à ces rendez-vous. Une quatrième séance collective est organisée avec des membres de l’Union nationale de familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychologiques (Unafam).

Créé au Québec en 1988, Profamille est proposé par le CATTP depuis 2021. Il s’agit d’un cycle plus long, organisé sur deux ans autour d’une vingtaine de séances collectives de 4h, en groupe de 10 à 15 personnes. Il concerne uniquement les aidants dont un proche souffre de schizophrénie. Les objectifs sont similaires à ceux de Bref mais davantage approfondis : dispenser de l'information sur la pathologie, entraîner à mieux communiquer à travers des exercices et activités, mais aussi partager son expérience avec les autres membres du groupe.

Adapter sa communication au malade

« Ces programmes permettent de parler, de se confier, d'être moins seul. Ils offrent une réelle ouverture. On se sent entendu et écouté et cela permet d'être un meilleur aidant. Ça demande beaucoup d'investissement, mais c'est très bénéfique ! » témoigne Nicole.

« Profamille m'a permis de comprendre l'importance de l'environnement du proche malade. J'ai donc changé radicalement ma communication et mon comportement avec lui par la mise en application des techniques de communication apprises lors de cette formation. Et ça marche : mon fils va mieux ! » complète Malika.

Ces deux programmes, pris en charge par la Sécurité sociale, laissent en effet déjà entrevoir des résultats encourageants. Pour les aidants, une réduction du nombre d'arrêts de travail et un allègement du fardeau psychologique, tandis qu'une baisse des rechutes et des ré-hospitalisations des patients est observée. Des effets positifs qui augmentent avec la précocité de la prise en charge des familles.

 

Plus d'informations

CHU Saint-Étienne
CATTP de la Charité, bât B, 2e étage
Tél : 04 77 12 74 70 (9 h à 16 h)
Email : cattp.m@chu-st-etienne.fr

Unafam de la Loire
39 rue Michelet
Tél : 04 77 32 77 05