Mabtools veut faire remarquer son savoir-faire

Publié le 27/12/2022

Mabtools

C’est une histoire entre l’Italie et Saint-Étienne, entre une famille d’entrepreneurs italiens de Brescia, les Maiolini, et le savoir-faire stéphanois. Spécialisée dans la production de matériels abrasifs, Mabtools ambitionne de faire valoir sa qualité en vendant davantage directement sous son nom.

"C’était une autre époque !", rappelle Francesco Maiolini. Au téléphone, le PDG de Mabtools, aussi tonique que son accent, est tout à fait à l’aise pour répondre en français. Mais qu’est venue faire à Saint-Étienne cette famille d’entrepreneurs italiens de Brescia, à 90 km à l’est de Milan ?

"Notre groupe familial existe depuis près de 60 ans dans le domaine de la production d’abrasifs. En 1992, il a été décidé de s’implanter à Saint-Étienne, rue de l’Innovation, pour créer ce qui était jusqu’il y a une dizaine d’années "moleMAB France". Il y avait déjà un marché important pour nous au sein même du bassin stéphanois avec des compétences locales, et d’ailleurs un tissu industriel très proche de Brescia. Avec 8 heures de route et sans monnaie européenne unique à l’époque, il était pertinent de nous installer sur place pour toucher la France."

En 2013, Francesco Maiolini rachète au reste de la famille l’entité stéphanoise pour voler de ses propres ailes, donnant une nouvelle dénomination à la société : Mabtools, qui va alors doubler sa capacité productive sur la fabrication des « disques résinoïdes ». L’entreprise développe et fabrique une ligne complète de produits de tronçonnage, ébavurage et ébarbage. Plus exigeante que les meules et disqueuses communes aux bricoleurs du dimanche, la production de Mabtools est destinée aux industriels (chaudronniers, chantiers navals), sinon aux professionnels avertis : artisans du BTP, carrossiers ou même agriculteurs.

Chiffres sur l'entreprise Mabtools

Un appétit tranchant

Avec sa trentaine de salariés à Saint-Étienne, Mabtools parvient à faire sortir chaque année 6 millions de disques de ses ateliers. « Notre chiffre d’affaires s’élève à 5 M€, dont 10 % à l’export (Canada, Belgique, Côte d’Ivoire). Actuellement, nous vendons à 80 % pour des grossistes et marques de distributeurs. En se passant des intermédiaires, nous pourrions théoriquement doubler notre chiffre », estime Francesco Maiolini.

D’où, depuis 3 ans, la création d’une marque propre que l’entreprise souhaite faire monter en puissance. Elle fait déjà mouche en Bretagne ou encore du côté des Alpes, dans le bassin de Chambéry.
Résistant plutôt bien au contexte international, Mabtools devrait dans les 3 ou 4 ans recruter une dizaine de personnes à Saint-Étienne.