Ce que vous voulez faire du jardin Eden, en 5 points

Publié le 15/03/2022

Restitution du projet Eden

L’ancien cinéma Eden va être transformé en un vaste jardin, véritable îlot de fraîcheur au cœur du centre-ville. Un projet que la Ville de Saint-Étienne souhaite co-construire avec l’ensemble de ses habitants. Plusieurs ateliers thématiques de concertation ont ainsi été programmés en novembre, décembre et janvier. En voici le résultat.

Embellir la ville, et y intégrer des îlots de fraîcheur, l’aérer par des démolitions de bâtiments avant de les remplacer par des espaces végétalisés, renforcer la présence de la nature en ville… Le projet de nouveau jardin, qui verra le jour en lieu et place du cinéma Eden, rue Blanqui à Saint-Étienne, s’inscrit pleinement dans le plan de mandat 2020 – 2026.

Le futur jardin sera aménagé sur un espace libéré de 2 000 m² dans l’hyper centre-ville. Il s’ajoutera aux 400 hectares d’espaces verts et aux 50 squares et jardins déjà présents dans la ville. Oui, mais avec quoi dedans ? Les Stéphanois ont eu l’occasion de donner leur avis lors d’une réunion publique de présentation, puis lors de 3 ateliers de concertation qui ont été organisés en novembre, décembre et janvier derniers.

Les objectifs de cette concertation étaient les suivants : 
  • partager les grands principes d’aménagement du futur jardin Eden ;
  • anticiper et préparer les futurs usages du jardin ;
  • nourrir le projet des propositions des habitants et usagers ;
  • créer un espace de discussion autour du projet.

Lundi 14 mars, alors que les opérations de démolition sont en passe d’être achevées, la restitution de ces ateliers a eu lieu à la Maison du projet, en présence du Maire de Saint-Étienne, Gaël Perdriau et de plusieurs de ses adjoints.

Voici les grandes lignes de ce que vous attendez de ce jardin.

Un îlot de verdure et de biodiversité

Votre priorité n°1 : vous souhaitez un « havre de paix » en cœur de ville, un  « lieu de répit », un « poumon vert », doté d’une nature omniprésente et généreuse qui soit un refuge pour la biodiversité. Beaucoup d’entre vous souhaitent aussi la présence d’ombre (une pergola ?) et d’eau (cheminement, fontaine, cascade ?).

Un espace sécurisé

Afin que l’usage de ce jardin soit régulé, vous imaginez un espace fermé la nuit, doté d’un éclairage à la fois esthétique et rassurant ; un jardin qui soit aussi animé par la présence, d’une manière ou d’une autre, d’associations ou de commerces (terrasse ?).

Des ambiances différentes à faire coexister

Dans tous les scénarios, les groupes ont imaginé une coexistence d’usages. L’idée est de s’appuyer sur des mobiliers qui puissent changer en fonction des saisons, afin de ne pas saturer l’espace. Pêle-mêle, ont été envisagés : des chaises longues, des jeux (tables de ping-pong, jeux d’échecs, terrains de pétanque…), un espace scénique, des tables de pique-nique, etc.

Un lien avec l’histoire du site et de la ville

Au jardin Eden, pourraient être organisées des projections de cinéma en plein air, en lien avec la cinémathèque. Le design du site serait alors imaginé en lien avec l’ancien cinéma (affiches vintage, fauteuils rouge…). Les murs pourraient être utilisés comme des lieux d’affichage et d’expression artistique. Dans ce jardin, vous avez envie d’œuvres d’art (espace dédié ? programmation tournante ?)

Un site géré par un tiers associatif ou commerçant

Tous les groupes qui ont participé aux ateliers partagent l’ambition d’un site animé d’événements culturels, festifs, portés par les associations locales. Et s’interrogent, du coup, sur l’opportunité de confier cette animation à un tiers, une association, un réseau d’associations ou de commerçants.

Les prochaines étapes

  • Mai 2022 : fin des démolitions 
  • Juin 2022 : mise au point du projet suite aux concertations 
  • Octobre 2022 : présentation du calendrier des travaux 
  • Fin 2022 : démarrage des travaux 
  • Eté 2023 : ouverture du jardin

"L’aménagement de ce jardin s’inscrit dans un projet global de quartier", se réjouit Gaël Perdriau, maire de Saint-Étienne. "Il s’accompagne d’une action de réhabilitation des rez-de-chaussée rue Louis-Braille et rue Blanqui. Et aussi d’une Opération programmée d’amélioration de l’habitat et de renouvellement urbain (Opah-RU) qui aidera plus de 500 propriétaires à rénover leur logement dans les cinq ans qui viennent."

 

Démolir ? Mais pour quoi faire ?

Aérer la ville est une des priorités du plan de mandat. Ainsi, sur la seule année 2022, 37 000 m² de tènements seront démolis : 
  • 23 000 m² seront libérés pour végétaliser ; 
  • 11 000 m² seront consacrés à l’habitat et au logement ;
  • 3 000 m² seront dédiés à l’activité économique.