Tribunes libres - janvier 2023



La rubrique Tribunes libres est ouverte aux groupes politiques du conseil municipal. Ces textes, ainsi que toute autre forme de communication externe, n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs.
 

MAJORITÉ MUNICIPALE

Relevons le défi énergétique

Depuis 2014, le développement durable est l'un des trois piliers de notre politique municipale. Nous œuvrons chaque jour pour rendre notre ville toujours plus attractive, tout en veillant à la protection de l’environnement. Le développement durable est avant tout un équilibre que nous cherchons à atteindre entre les besoins sociaux, économiques et environnementaux. Satisfaire les Stéphanois est notre priorité, tout en agissant continuellement contre le réchauffement climatique et pour la préservation de la biodiversité.

En fin d'année 2022, partageant la prise de conscience nationale et internationale face aux conséquences énergétiques de la guerre en Ukraine, il nous est apparu primordial d'accélérer la mise en œuvre de notre politique publique. Ainsi, la Ville de Saint-Étienne a déployé son plan de sobriété énergétique, construit en concertation avec l'ensemble des élus de la majorité, et décliné localement avec la volonté de rester à l’écoute des Stéphanois et de les accompagner dans la conduite du changement. 

Nous avons fait le choix de ne pas faire porter le surcoût énergétique aux habitants par une augmentation des impôts, mais par des mesures efficientes d'économie et de lutte contre le gaspillage collectif. Un plan indissociable d'actions de sensibilisation aux changements car la sobriété ne se décrète pas, elle s'intègre progressivement à nos usages, en pleine conscience des enjeux qu'elle comporte.

Notre politique en matière de développement durable s’inscrit dans une démarche d’amélioration continue. Nous n'avons pas attendu l'urgence actuelle pour mettre en œuvre des actions concrètes et c'est bien au cœur des rapports Développement durable, comme celui de 2022 que nous présentons en ce début d'année, que transparaît l’ensemble des efforts fournis depuis 2014.

À titre d'exemple, la Ville de Saint-Étienne met en œuvre un programme de solarisation depuis  2019, projet inédit par son ampleur et par le biais duquel nous travaillons sur l’équipement en panneaux solaires de bâtiments municipaux. De nombreux travaux sont également menés sur les réseaux de chaleur de Montreynaud et de Châteaucreux, projets notables et reconnus par le label « éco-réseau de chaleur » en 2021 pour, notamment, la production de plus de 50% de chaleur à partir d'énergies renouvelables. N'oublions pas l'ambitieuse programmation de rénovation des centres sociaux de plus de 31 M€, ainsi que le plan École d'un montant de 40 M€ qui, tous deux, placent l'aspect énergétique au premier plan. L'engagement de la Ville de Saint-Étienne se traduit également à travers la démarche Cit’Ergie, diagnostic dont émergera un plan d’actions et d’amélioration continue de notre politique eau-énergie-climat, ainsi qu'à travers le budget vert, véritable outil de pilotage budgétaire mesurant l’impact écologique de nos politiques publiques, expérimenté cette année.

Le développement durable est l'affaire de tous c'est pourquoi la Ville de Saint-Étienne, Saint-Étienne Métropole, ainsi que les communes du territoire métropolitain travaillent conjointement pour répondre à la situation d'urgence que notre pays traverse. 

Nous croyons plus que jamais qu’à Saint-Étienne nous sommes capables de surmonter tous ensemble ce défi énergétique par nos propres forces, par notre capacité d’innovation, notre résilience collective et, bien sûr, notre solidarité pour protéger les plus défavorisés. 

Christiane Michaud-Farigoule, Cyrine Makhlouf
Groupe de la majorité municipale

 

Duo Day, un travail d’équipe

Véritable temps fort de la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées, le Duo Day est devenu un événement incontournable avec, cette année, plus de 30 000 offres d’accueil déposées par les employeurs sur la plateforme. Cette journée dédiée à l'insertion professionnelle des personnes en situation de handicap est une réelle opportunité de découvrir un environnement de travail, de préciser son projet professionnel, d'amorcer un parcours d'insertion en valorisant ses compétences et sa capacité d'intégration. Nous avons été très heureux d’ouvrir la nouvelle édition en novembre 2022, pour la cinquième année consécutive. 

Cet événement s’inscrit pleinement dans la politique inclusive que la Ville de Saint-Étienne conduit en matière de ressources humaines et de handicap, ce qui nous permet notamment d’accompagner nos agents en situation de handicap dans l'exercice de leurs missions au quotidien, sur le terrain, au service des Stéphanoises et des Stéphanois.

En effet, nous les accompagnons dans leurs aménagements de poste, dans leurs trajets domicile-travail, dans une logique de maintien dans l’emploi, mais nous accueillons également  régulièrement des apprentis et des stagiaires en situation de handicap.

Ainsi, très attachée à la dimension inclusive de ses politiques publiques, la Ville de Saint-Étienne va au-delà du seuil légal en accueillant actuellement plus de 7% de personnes en situation de handicap au sein de ses effectifs. 

Cette année, la Ville de Saint-Étienne s'est mobilisée conjointement avec Saint-Étienne Métropole afin d'accueillir plus de stagiaires, au sein de services variés, ouvrant ainsi le champ des possibles plus largement avec une représentation des métiers et des compétences élargie. Ainsi, ont été constitués des binômes stagiaires et tuteurs qui, le temps d'une journée, ont balayé la richesse des métiers de notre collectivité. 

Chaque année, cette expérience enrichit notre approche de l'accès à l'emploi pour toutes et tous et, plus largement, notre approche de l'inclusion. Des rencontres qui font également évoluer tant nos métiers que le regard porté sur le handicap, pour que Saint-Étienne soit une ville durable et inclusive. 

Christiane Jodar, Dominique Manin, Marie-Eve Goutelle, Delphine Jusselme, Jean Jamet
Groupe de la majorité municipale 

 

Saint-Étienne aux côtés du peuple arménien

Notre ville s'est construite tout au long de son histoire par l'apport successif de personnes venues de tous les horizons. Ce brassage culturel contribue à former une identité stéphanoise, ouverte sur le monde, résolument attachée à des valeurs solidaires et citoyennes.

Cette longue tradition d'accueil caractérise Saint-Étienne, et c'est pourquoi nous avons, ces dernières années, accueilli avec bienveillance et humanité des réfugiés syriens, afghans et ukrainiens.

Au-delà de l'importance de garantir l'asile à tous ceux qui sont menacés dans leur pays d'origine, la solidarité internationale est un élément essentiel de notre pacte républicain.

Ainsi, la République française a noué dès sa fondation des liens d'amitié avec les peuples d'autres pays, en promouvant la Liberté, l'Egalité et la Fraternité comme des valeurs universelles.

Ces rapports fraternels se traduisent dans notre ville par nombre de partenariats que nous avons construits au fil du temps avec des municipalités d'autres pays.

Les liens qui unissent Saint-Étienne au peuple arménien sont ancrés dans l'histoire contemporaine. Après le terrible génocide, notre ville et tout le bassin houiller de la Loire ont accueilli une importante communauté arménienne, qui a su se reconstruire en conservant le lien avec sa culture d'origine tout en s'intégrant pleinement à la vie de la cité.

Saint-Étienne accompagne régulièrement les initiatives culturelles et humanitaires entre la France et l'Arménie. Suite à l'agression de l'armée de l'Azerbaïdjan contre la population arménienne du Haut-Karabakh, nous nous sommes vigoureusement engagés pour une paix durable dans la région.

Nous avons ainsi appelé la diplomatie française à proposer des initiatives fortes pour promouvoir une résolution du conflit, et nous avons apporté une aide humanitaire d'urgence aux victimes, via le Fonds arménien, qui coordonne les initiatives solidaires entre la France et l'Arménie.

Malheureusement, ce conflit ne s'est non seulement pas refermé mais il s'est même étendu, puisqu'aujourd'hui, une partie du territoire arménien est occupée par l'armée azérie, sans que la communauté internationale ne prenne la mesure de cette violation de la souveraineté du pays.

Face à cette situation, nous tenons à renouveler notre soutien au peuple arménien, et nous avons décidé, suite à une sollicitation du ministère des Affaires étrangères, d'établir un jumelage avec la municipalité arménienne de Kapan.

En nous associant à cette commune frontalière directement menacée par l'Azerbaïdjan, nous réaffirmons le droit de vivre en sécurité pour le peuple arménien, car les valeurs républicaines et humanistes ne connaissent pas de frontières.

Denis Chambe, Jean-Pierre Kotchian
Groupe de la majorité municipale

 

 

Saint-Étienne Groupe communiste

Pour un arrêté interdisant les coupures d'électricité et de gaz

Face à l’augmentation du prix de l’électricité et à la suppression de l’ensemble des tarifs réglementés en gaz, nous considérons que le maire a la responsabilité d’alerter les pouvoirs publics sur les conséquences sociales et sociétales induites par l’insécurité énergétique. Les familles en difficulté, 26% des foyers stéphanois vivent avec moins de 916 € par mois, et celles aux revenus modestes renoncent à allumer le chauffage ou disposent d’un reste à vivre qui ne leur permet pas de vivre dignement. Cette situation va engendrer de nouveaux risques d’impayés pour les familles ne bénéficiant pas actuellement d’aides sociales.

Nous considérons le bouclier tarifaire mis en place par l'État comme injuste socialement et écologiquement. C’est pourquoi  nous demandons que soit instaurée une tarification inférieure au prix du marché pour les premiers KWh consommés et une tarification non subventionnée pour les dépenses énergétiques dites « superflues » et incompatibles avec les efforts de sobriété demandés aux Français.

Dans un contexte de crise énergétique qui fragilise de nombreux Stéphanois, la Ville peut soutenir les plus fragiles. Comme cela a été fait dans certaines communes, la Ville pourrait adopter un arrêté interdisant les coupures d’électricité et de gaz à l’issue de la trêve hivernale.

C.Pfister, M.Nebout

 
 

Groupe Saint-Étienne demain

Seule la démission de Gaël Perdriau permettra un retour durable à la normalité, à Saint-Étienne comme à la Métropole.

Lors du conseil de Saint-Étienne Métropole du 8 décembre, sentant le vent tourner en sa défaveur, Gaël Perdriau a mis en scène de manière théâtrale son « retrait total » de la présidence. Ce faisant, il a encore un peu plus creusé le fossé entre ceux qui aspirent à un retour à un fonctionnement normal de nos institutions locales et lui.

Sa fuite mélodramatique de la séance lui a surtout permis d’échapper à la réalité d’une défiance historique. En effet, l’Assemblée métropolitaine a clairement demandé qu’il démissionne, par une large majorité (66% des suffrages exprimés, 73 voix contre 37), et ce, malgré l'appel de M. Perdriau au rejet d’un voeu unitaire présenté par des élus de toutes sensibilités.

Si le voeu adopté n'a aucune valeur juridique ni aucun effet contraignant, il constitue un acte politique à haute charge symbolique. Il semble désormais impensable que le président de la Métropole n'entende pas la voix très majoritaire des conseillers qui l'ont élu. Ce serait un affront démocratique sans commune mesure.

Nous ne pouvons pas nous satisfaire du retrait total annoncé tant les contours de celui-ci demeurent flous à l’heure où nous écrivons ces lignes.

De même, nous n’acceptons pas le repli stratégique que M. Perdriau semble vouloir amorcer sur l’Hôtel-de-Ville. Les exigences morales et éthiques, rappelées à la Métropole, par des élus de tous bords, s’appliquent tout autant au maire de Saint-Étienne qu’au président de SÉM.

Les mêmes causes doivent produire les mêmes effets : s'il a déclaré « entendre le besoin de certains de [le] voir prendre du recul », il doit entendre de la même manière les appels de nombreux Stéphanois à quitter ses fonctions de maire.

François BOYER, Pierrick COURBON, Isabelle DUMESTRE, Ali RASFI, Laetitia VALENTIN
elus.sed@gmail.com

 

 

Saint-Étienne le temps de l'écologie 

Plan de sobriété énergétique ou plan de communication ?

Le 14 novembre dernier, le plan de sobriété énergétique municipal a été présenté. Ce plan ne va même pas aussi loin que le plan de sobriété national proposé par le gouvernement, plan que les conseiller·es municipaux écologistes jugent déjà en-deçà des enjeux à relever collectivement. 

Le plan de sobriété municipal prévoit de chauffer les bâtiments administratifs de la ville à 19°C, ce qui est déjà une obligation légale, et la température n’est abaissée qu’à 15°C dans les équipements inoccupés plus de 24h. Pendant ce temps, de nombreuses municipalités font le choix d’abaisser la température chaque nuit, et le gouvernement préconise d’abaisser la température à 8°C si les lieux sont inoccupés plus de 2 jours.

Un investissement dit exceptionnel d'1 M€ est également annoncé pour accélérer les économies d'énergie. Avec cette maigre somme, difficile d’espérer des améliorations significatives. Sans diagnostic préalable de chaque installation, il est impossible d’évaluer les besoins en rénovation thermique. Les équipements sportifs stéphanois, en particulier les gymnases, sont trop souvent de véritables passoires thermiques.

L’extinction de l’éclairage public nocturne est présentée comme une mesure phare. Pourtant, les panneaux publicitaires numériques ne sont éteints qu’à partir de minuit. En les éteignant complètement, la Ville de Saint-Étienne réaliserait des économies d’énergie conséquentes tout en favorisant le bien-être des habitantes et des habitants. La municipalité préfère poursuivre le déploiement des panneaux publicitaires numériques, ce qui constitue aujourd’hui une aberration énergétique.

Les élu·es municipaux écologistes condamnent le manque d’anticipation de l’équipe en place. La rénovation énergétique et l'optimisation des consommations d'énergie est une nécessité, à court terme pour les finances de la collectivité, à moyen et long terme pour la préservation des ressources et du climat.

Germain Collombet, Danielle Teil, Jean Duverger, Julie Tokhi, Olivier Longeon letempsdelecologie@protonmail.com
Accueil ouvert les lundis, mardis, mercredis et jeudis après-midi au 1 place Dorian